Cinq membres d'une famille trouvés morts en Pennsylvanie

Le père, Mark Short, était âgé de 40... (PHOTO AP)

Agrandir

Le père, Mark Short, était âgé de 40 ans et la mère, Megan Short, de 33 ans. Lianna avait huit ans, son frère Mark Junior en avait cinq et sa petite soeur Willow en avait deux.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Sinking Spring

Un couple d'Américains qui avait fait les manchettes concernant sa difficulté à obtenir les médicaments pour sa fille après qu'elle eut reçu la transplantation d'un coeur a été trouvé mort en compagnie de ses trois enfants.

Les autorités soupçonnent des meurtres suivis d'un suicide.

Une note manuscrite a été trouvée dans la maison de la famille Short, à Sinking Spring, en Pennsylvanie, samedi après-midi, a dit le procureur de district, John Adams. Les corps des cinq personnes décédées à coups de balles dans la tête gisaient dans le salon de la résidence, a précisé la police.

Un revolver a également été retrouvé près du cadavre d'un des adultes, mais les autorités n'ont pas indiqué, pour l'heure, qui elles croyaient être le tireur.

Il s'agit, selon M. Adams, d'un drame familial.

Le père, Mark Short, était âgé de 40 ans et la mère, Megan Short, de 33 ans. Lianna avait huit ans, son frère Mark Junior en avait cinq et sa petite soeur Willow en avait deux. Un chien mort par balle a aussi été trouvé.

La police a été avisée par un proche de la mère inquiet après que celle-ci ne se fut pas présentée à leur rendez-vous du dîner.

Le couple avait plusieurs préoccupations depuis un moment, a fait valoir le procureur de district.

Mme Short avait décrit, le 13 avril, ses tracas émotionnels quant à l'état de santé de sa fille Willow dans une publication en ligne.

Dans le texte publié sur le site web Philly at Heart - une plateforme pour les parents d'enfants atteints de maladies du coeur congénitales - la mère écrivait qu'elle croyait souffrir d'un choc post-traumatique.

Megan Short racontait être affligée par l'anxiété et faire des cauchemars. Elle avait par ailleurs mentionné qu'il lui arrivait de se sentir coupable quand des enfants atteints de la même maladie que sa fille perdaient la vie.

L'histoire de la famille Short avait été portée à l'attention du public par le New York Times, l'an dernier, et par le journal The Reading Eagle, en 2014. Les parents déploraient les difficultés qu'ils éprouvaient à obtenir des médicaments antirejet pour la petite Willow qui avait reçu la transplantation d'un coeur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer