L'épidémie de Zika est sous contrôle, assure le gouverneur de Floride

Le quartier touché par zika est celui de... (PHOTO AP)

Agrandir

Le quartier touché par zika est celui de Wynwood, fréquenté habituellement par les touristes.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le gouverneur de Floride a assuré dimanche que le quartier de Miami où 16 personnes ont été contaminées par le virus du Zika était sous contrôle mais a renouvelé son appel à l'aide aux autorités fédérales.

«Nous faisons du très bon travail pour éliminer les moustiques, les autorités sanitaires locales et de l'État sont sur le terrain», a déclaré Rick Scott, gouverneur républicain de Floride, sur la chaîne NBC.

Il a rappelé que le nombre connu de personnes contaminées était passé de 15 à 16 depuis vendredi.

Rick Scott a déclaré que la zone à risque avait été réduite de 10 pâtés de maisons vendredi, à la faveur de pulvérisations d'insecticides au sol et par voie aérienne.

Le quartier touché est celui de Wynwood, fréquenté habituellement par les touristes et les jeunes attirés par ses grandes fresques de «street art», ses galeries, ses nombreux bars et restaurants. Il s'étend à proximité du centre-ville, sur un peu moins de deux kilomètres carré.

Rick Scott ... (REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Rick Scott 

REUTERS

La réponse au virus est du ressort des autorités de l'État et du comté de Miami-Dade, mais le gouverneur a appelé les autorités fédérales à renforcer leur aide, notamment en livrant 10 000 kits de prévention de Zika (moustiquaires, produits anti-moustiques...).

«Nous avons encore besoin que l'État fédéral intervienne», a ajouté Rick Scott, un républicain allié au candidat à la Maison-Blanche Donald Trump. «Le président et le Congrès doivent se mettre d'accord, ce problème ne se limite pas à la Floride, c'est un problème national et international».

Le sujet du financement de la lutte contre le virus du Zika est hautement politisé.

Depuis des mois, la minorité démocrate et la majorité républicaine du Congrès s'opposent sur les montants à allouer à l'épidémie. Mais c'est sans s'être mis d'accord que les parlementaires ont quitté mi-juillet la capitale fédérale pour leurs congés estivaux. Ils ne reviendront que le 6 septembre.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer