Obama écourtera un séjour en Europe pour se rendre à Dallas

Le président des États-Unis Barack Obama... (Photo d'archives)

Agrandir

Le président des États-Unis Barack Obama

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
VARSOVIE

Le président des États-Unis Barack Obama va écourter son séjour en Europe pour se rendre en début de semaine prochaine à Dallas, où cinq policiers ont été tués par un tireur isolé jeudi soir, a annoncé la Maison-Blanche vendredi dans un communiqué.

«Le président reviendra à Washington dimanche soir, soit un jour plus tôt que prévu. Il n'ira plus à Séville» et se rendra à Dallas «en début de semaine» prochaine, à l'invitation du maire de la ville texane Mike Rawlings, a précisé le porte-parole de l'exécutif, Josh Earnest.

Les appels au calme et à la tolérance se multipliaient vendredi dans une Amérique ébranlée par la tuerie de policiers, commise par un tireur apparemment isolé, qui voulait venger les abus commis contre les Noirs par les forces de l'ordre.

Elle intervient après que deux Noirs ont été abattus par des policiers en Louisiane et dans le Minnesota, respectivement mardi et mercredi.

L'attaque a eu lieu à quelques rues de Dealey Plaza, l'endroit où avait été tué le président John F. Kennedy en 1963.

Le président Obama continuera aussi la semaine prochaine «à travailler au rassemblement des gens pour soutenir nos policiers et nos communautés, et trouver un terrain d'entente en discutant de mesures politiques qui répondent aux disparités raciales persistantes dans notre système de justice pénale».

Le dirigeant américain avait quelques heures plus tôt, lors d'une conférence de presse à Varsovie, dénoncé des «attaques haineuses, calculées et méprisables» visant les policiers à Dallas.

«Soyons clairs, il y a pas de justification possible pour ce genre d'attaque ou pour des violences contre les forces de l'ordre», avait lancé M. Obama.

Il avait aussi semblé évoquer une possible initiative contre l'accès aux armes de guerre en vente libre. «Nous savons que lorsque les gens sont porteurs d'armes puissantes, malheureusement, cela rend ce genre d'attaques encore plus meurtrières et plus tragiques. Dans les jours qui viennent nous devrons prendre cette réalité en considération», avait dit M. Obama.

À l'issue du sommet de l'OTAN, M. Obama doit se rendre samedi comme prévu à Madrid, où il passera la nuit et rencontrera dimanche le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy mais ne s'arrêtera pas à Séville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer