La mort d'un SEAL américain pendant l'entraînement est qualifiée d'homicide

James Derek Lovelace s'est noyé le 6 mai... (Photo Naval Special Warfare Center via AP)

Agrandir

James Derek Lovelace s'est noyé le 6 mai après avoir été enfoncé sous l'eau à deux reprises par son instructeur.

Photo Naval Special Warfare Center via AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
SAN DIEGO

Un jeune homme de 21 ans qui a perdu la vie pendant son entraînement pour rejoindre les rangs des SEAL, l'unité d'élite de la marine américaine, a été victime d'un homicide, conclut l'autopsie réalisée par un médecin légiste californien.

James Derek Lovelace s'est noyé le 6 mai après avoir été enfoncé sous l'eau à deux reprises par son instructeur.

M. Lovelace, qui était originaire de la Floride, n'en était qu'à la première semaine d'une formation de six mois quand il a perdu la vie.

L'autopsie note également que son coeur était plus gros que la normale et dit que cela a contribué à son décès.

La conclusion «d'homicide» ne signifie pas nécessairement qu'un crime a été commis et aucune accusation n'a été portée contre l'instructeur. La marine américaine a ouvert une enquête et l'instructeur a été affecté à des tâches administratives.

M. Lovelace peinait clairement à se maintenir à la surface quand son instructeur l'a enfoncé sous l'eau à au moins deux reprises, selon des images captées par des caméras de surveillance. La recrue était alors entièrement vêtue, elle portait des bottes et son masque s'était rempli d'eau.

Le rapport d'autopsie révèle qu'une autre recrue est intervenue pour maintenir la tête de M. Lovelace hors de l'eau. L'instructeur aurait partiellement sorti le jeune homme de l'eau avant de le repousser dans la piscine.

M. Lovelace a perdu conscience après avoir été finalement extrait de la piscine. Il a alors été conduit à un hôpital civil, où il est décédé.

Le rapport d'autopsie affirme que «les actions, ou les inactions, des instructeurs et d'autres individus ont été excessives et elles ont contribué directement au décès».

M. Lovelace souffrait également d'asthme et il s'était joint à la marine américaine environ six mois avant son décès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer