Réunion d'ambassadeurs de l'ONU dans un haut lieu gai de New York

L'ambassadrice Samantha Power a visité le Stonewall Inn jeudi....

Agrandir

L'ambassadrice Samantha Power a visité le Stonewall Inn jeudi.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

L'ambassadrice américaine à l'ONU Samantha Power et ses homologues de 16 pays, surtout Européens et Latino-américains, se sont réunis jeudi dans un lieu symbolique de la lutte pour les droits de la communauté gaie à New York.

Il s'agissait, après la tuerie d'Orlando qui a fait 49 morts dans un bar gai de cette ville de Floride, de réfléchir à de nouvelles initiatives pour promouvoir les droits des minorités sexuelles.

«Il n'y a pas de lieu plus symbolique que celui-ci après le monstrueux attentat d'Orlando», a souligné Mme Power devant la Stonewall Inn.

Ce bar de Greenwich Village avait été en 1969 le théâtre de manifestations de la communauté gaie pour protester contre le harcèlement policier.

Selon le représentant chilien aux Nations unies Cristian Barros Melet, le groupe d'ambassadeurs cherche en particulier à obtenir la nomination par l'ONU d'un expert sur les droits des personnes LGBT (lesbiennes, gais, bisexuelles et transgenres) qui dépendrait du Conseil des droits de l'homme basé à Genève.

Le groupe s'efforce «de garantir qu'il y ait beaucoup moins d'endroits interdits» aux personnes LGBT dans le monde et «beaucoup plus d'endroits sûrs» pour cette communauté, a expliqué Mme Power.

Le Conseil de sécurité a condamné fermement lundi la fusillade d'Orlando dans une déclaration unanime qui faisait pour la première fois référence aux attaques contre des personnes «en raison de leur orientation sexuelle».

Pour l'ambassadeur français François Delattre, qui préside le Conseil en juin, «ce combat pour le droit des personnes LGBT est un combat vital, un combat essentiel que nous menons dans toutes les enceintes». «La France est et entend rester à la pointe du combat international pour la pleine reconnaissance des droits» de cette communauté, a-t-il ajouté.

«Les droits des personnes LGBT sont menacés de par le monde, il faut une action globale pour faire face» à ces menaces, a souligné l'ambassadeur néerlandais Karel van Oosterom.

L'homosexualité est illégale dans quelque 77 pays dans le monde et punie de mort dans cinq pays.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer