Première poursuite contre un fabricant de marijuana récréative

Les enfants du couple Kirk ont déposé une... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Les enfants du couple Kirk ont déposé une poursuite contre les compagnies Gaia's Garden LLC et Nutritional Elements Inc., qui ont fabriqué et distribué la friandise à base de marijuana qu'avait consommée leur père ce jour-là.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Son mari avait des visions, parlait de la fin du monde et menaçait de se défenestrer. Puis il a empoigné le revolver qu'il gardait dans un coffre-fort.

Quelques instants plus tard, Kristine Kirk gisait par terre, morte sur le coup après avoir reçu une balle du revolver de son mari, pendant que les trois enfants du couple tentaient de se cacher dans la maison familiale.

Les policiers de Denver ont vite arrêté le suspect, Richard Kirk, 49 ans, accusé du meurtre au premier degré de sa femme, survenu le 14 avril 2014.

Ce mois-ci, l'affaire tragique a pris un tournant inattendu quand les enfants du couple, aujourd'hui sous la responsabilité des parents et de la soeur de Mme Kirk, ont déposé une poursuite contre les compagnies Gaia's Garden LLC et Nutritional Elements Inc., qui ont fabriqué et distribué la friandise à base de marijuana qu'avait consommée leur père ce jour-là.

« Les fabricants du produit ont été négligents en cachant les informations vitales sur le dosage. Ils tenaient leurs clients dans l'ignorance dans le but de faire un profit », dit la poursuite. Selon les avocats, les gens qui achètent des produits faits à partir de marijuana devraient être avertis que leur ingestion peut mener à la paranoïa, à la psychose et provoquer des hallucinations. Il s'agit de la première poursuite contre un fabricant de produits à base de marijuana à des fins récréatives aux États-Unis.

Pour Sam Kamin, professeur spécialiste des politiques sur la marijuana à l'Université de Denver, il est peu probable que la poursuite soit fructueuse.

« Les chances de succès sont minces, car il sera presque impossible de prouver qu'il y a un lien entre l'utilisation de la marijuana et le meurtre terrible qui s'est produit » a indiqué Sam Kamin, dans un courriel à La Presse.

« Je ne crois pas que les avocats des plaignants pourront prouver que la marijuana a contribué à ce meurtre d'une manière qui aurait dû être annoncée par le manufacturier. »

Ken Whitehurst, directeur général du Conseil des consommateurs du Canada, remarque que des citoyens sont déjà responsables de leurs actes après avoir volontairement consommé une substance qui affaiblit leurs facultés, notamment de l'alcool.

Une éventuelle légalisation de la marijuana au Canada va-t-elle demander un changement dans l'étiquetage des produits qui contiendraient du THC, le principe actif du cannabis ?

« La question sera de voir si une éventuelle légalisation va augmenter les incidents liés aux facultés affaiblies, et si ça va causer plus de procès dans le futur », dit M. Whitehurst en entrevue.

Au Colorado, pionnier dans la légalisation de la marijuana utilisée à des fins récréatives aux États-Unis, l'explosion de la demande en friandises et autres produits alimentaires faits à base de marijuana a surpris les autorités. La vente de ces produits représente 45 % des ventes totales de marijuana dans l'État.

L'ingestion de produits contenant du THC entraîne généralement des effets beaucoup plus puissants et prolongés que l'inhalation de la fumée d'un joint, effets qui peuvent surprendre un consommateur non initié.

Le groupe Marijuana Policy Project de Washington note que la consommation de marijuana, bien qu'elle ne cause pas de surdose, peut provoquer « une augmentation du rythme cardiaque, assécher la bouche et (ou) des sentiments de paranoïa et d'anxiété ».

HOSPITALISATIONS EN HAUSSE

Le nombre d'hospitalisations pour des problèmes liés à la marijuana a grimpé au Colorado après la légalisation du pot, en 2012. Les hospitalisations sont passées de 803 par 100 000 admissions à 2413 par 100 000 admissions pour 2014-2015. Or, les experts ne savent pas si cette situation est due à une augmentation réelle des cas ou à une plus grande propension des consommateurs de marijuana à se faire soigner sans crainte d'être accusés d'avoir utilisé une drogue illégale.

La légalisation de la marijuana est bien acceptée au Colorado, où 62 % des électeurs estiment que la décision était la bonne, selon un sondage mené fin 2015. Il s'agit d'une hausse de 7 points de pourcentage vis-à-vis des appuis dont jouissait le projet de légaliser la substance au moment où la mesure a été adoptée, en 2012.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer