Des geôliers jugés pour avoir battu un détenu «comme un animal»

Rikers Island est un établissement gigantesque, situé sur... (PHOTO WIKICOMMONS)

Agrandir

Rikers Island est un établissement gigantesque, situé sur une île au nord du district du Queens et qui abrite un peu moins de 10 000 détenus.

PHOTO WIKICOMMONS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le procureur a réclamé mercredi la condamnation de neuf surveillants de la prison de Rikers Island, à New York, accusés d'avoir sauvagement agressé un détenu en 2012, affirmant que la victime présumée avait été battue «comme un animal».

«C'est un crime horrible, c'est brutal, c'est sauvage. Ils l'ont traité comme un animal», a lancé l'assistant du procureur du district du Bronx, Lawrence Piergrossi, au cours d'observations qui ont duré trois heures.

Les neufs surveillants sont accusés d'avoir voulu faire un exemple de Jahmal Lightfoot, un détenu âgé de 27 ans à l'époque, en lui assénant une pluie de coups après l'avoir immobilisé, le 11 juillet 2012.

Ils auraient ensuite, selon l'accusation, cherché à présenter l'accusé comme l'agresseur, affirmant qu'il avait tenté de leur porter des coups de rasoir.

L'incident présumé a valu, entre autres, au détenu une fracture sur chaque orbite.

«Il n'auraient jamais pensé se retrouver ici lorsqu'ils ont préparé leur coup et prévu de le maquiller», a dit mercredi le représentant du ministère public dans une salle d'audience de la Cour suprême du Bronx.

«Votre boulot, c'est de les déclarer coupables», a-t-il ajouté à l'intention du jury, qui devrait se retirer jeudi pour délibérer, au terme de plus de deux mois de débats.

Un dixième accusé sera jugé lors d'un procès distinct.

L'assistant du procureur a également critiqué la stratégie de la défense qui a cherché à discréditer Jahmal Lightfoot, notamment en évoquant son passé de délinquant et sa prétendue agressivité vis-à-vis du personnel surveillant.

La défense des accusés n'a cité aucun témoin durant le procès, estimant que l'accusation n'avait pas établi les faits au-delà du doute raisonnable.

Durant son audition, qui a duré cinq jours, Jahmal Lightfoot a détaillé les circonstances de son agression présumé.

«Chaque fois que j'essayais d'ouvrir les yeux, je me prenais un coup de pied ou de poing», avait-il expliqué, a rappelé l'assistant du procureur.

Selon l'accusation, le plus gradé des accusés, Eliseo Perez, assistant du responsable de la sécurité, aurait demandé qu'on «lui pète ses putain de dents».

Rikers Island est un établissement gigantesque, situé sur une île au nord du district du Queens et qui abrite un peu moins de 10 000 détenus. Il y règne une violence endémique.

La nouvelle procureure du Bronx, dont dépend Rikers, Darcel Clark, a fait de Rikers l'une des priorités de son mandat.

Depuis les faits, Eliseo Perez et un autre des accusés sont partis à la retraite. Les autres accusés, un temps suspendus, ont repris le travail mais ont vu leurs tâches aménagées, selon le New York Times.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer