La famille de l'enfant tombé dans l'enclos d'un gorille suggère des dons

Des militants pour les droits des animaux se sont... (PHOTO AP)

Agrandir

Des militants pour les droits des animaux se sont recueillis lundi devant l'entrée du zoo de Cincinnati.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Les parents du garçonnet tombé dans l'enclos d'un gorille aux États-Unis, décriés par certains pour leur manque de vigilance, ont suggéré que les personnes touchées par leur situation fassent des dons au zoo qui a abattu le primate pour sauver l'enfant.

Dans un communiqué, la famille du garçon de 3 ans a assuré que l'enfant se portait bien «après une visite chez le docteur» et a remercié les responsables du zoo de Cincinnati pour «les mesures prises pour sauver notre enfant».

Échappant à la surveillance de ses parents lors d'une visite au zoo samedi, le garçonnet était tombé dans la fosse remplie d'eau séparant l'enclos du public.

Les images de l'animal de près de 200 kilos observant curieusement le garçonnet avant de le traîner dans l'eau ont ensuite fait le tour du monde.

Tout en reconnaissant que le zoo n'avait guère le choix, des critiques ont fusé pour réprouver la disposition des lieux ou la vigilance des parents. D'autres ont pris leur défense.

Après l'incident, «certaines personnes ont proposé de l'argent à notre famille, ce que nous ne voulons pas et n'accepterons pas. Si quiconque veut nous faire un cadeau, nous conseillons de faire un don au zoo de Cincinnati au nom de Harambe», le gorille abattu, a annoncé la famille qui conserve l'anonymat.

Un porte-parole a indiqué que la famille ne comptait répondre à aucune interview.

L'attention autour de cet incident restait pourtant vive aux États-Unis, où le porte-parole du président Barack Obama a même été interrogé sur la question.

Josh Earnest a qualifié l'incident de «tragédie» mais souligné qu'il ignorait si les autorités fédérales pouvaient avoir un rôle à jouer dans cette affaire.

La police de Cincinnati, dans l'Ohio, a ouvert une enquête après l'incident.

Sur la toile, les internautes y allaient déjà de leur procès, lançant de multiples pétitions. L'un d'elles, postée sur le site change.org, avait rassemblé plus de 450 000 signatures mercredi à la mi-journée. Elle réclame que les parents du garçon «rendent des comptes pour leur manque de supervision et leur négligence qui ont entraîné la mort de Harambe».

Les défenseurs des animaux fustigeaient pour leur part les responsables du zoo.

«Les gorilles sont des animaux doux et attentionnés qui n'attaquent que lorsqu'ils sont provoqués, et des experts ont indiqué que Harambe tentait probablement de protéger cet enfant», a écrit dans un communiqué Brittany Peet, de l'association de défense des animaux Peta.

Un autre groupe, l'organisation Stop Animal Exploitation Now, s'en est lui pris au zoo pour ses infrastructures, jugeant l'enclos du singe inadéquat. Il a réclamé que les autorités fédérales inspectent les lieux.

Le zoo avait justifié sa décision de tuer Harambe en expliquant qu'il n'était pas envisageable d'endormir le gorille avec un tranquillisant, car la flèche aurait pu agiter encore plus l'animal avant que l'anesthésiant ne fasse effet. Et ce processus aurait pris du temps, compte tenu de la taille de l'animal.

Pour insister sur la puissance du grand singe âgé de 17 ans, le directeur du zoo avait déclaré: «C'est un animal que j'ai vu écraser une noix de coco d'une seule main».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer