New York: nouveau procès dans l'affaire du petit Etan Patz

Etan Patz avait disparu dans son quartier de... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Etan Patz avait disparu dans son quartier de SoHo, dans le sud de Manhattan, alors que pour la première fois ses parents l'avaient autorisé à se rendre seul à l'arrêt de bus dans la rue voisine.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Un juge a ordonné que soit rejugé en septembre un homme soupçonné du meurtre d'un petit garçon, Etan Patz, disparu en 1979 en plein coeur de New York, a-t-on appris mercredi du bureau du magistrat.

Pedro Hernandez, 55 ans, avait déjà été jugé... (PHOTO LOUIS LANZANO, ARCHIVES REUTERS) - image 1.0

Agrandir

Pedro Hernandez, 55 ans, avait déjà été jugé l'an dernier, pour cette affaire qui avait traumatisé à l'époque des millions de parents américains.

PHOTO LOUIS LANZANO, ARCHIVES REUTERS

Pedro Hernandez, 55 ans, avait déjà été jugé l'an dernier, pour cette affaire qui avait traumatisé à l'époque des millions de parents américains.

Mais son procès s'était terminé en mai 2015 sans que les jurés n'arrivent à s'entendre sur un verdict après 18 jours de délibérations. Le juge Maxwell Wiley, qui a ordonné ce nouveau procès pour septembre, avait alors déclaré le procès nul.

Ce second procès avait initialement été prévu pour février dernier, mais il a été repoussé à la demande de l'accusation et de la défense.

Etan Patz, 6 ans, avait disparu alors qu'il allait pour la première fois prendre seul le bus scolaire à côté de chez lui, dans le quartier de Soho à Manhattan. Rien n'a jamais été retrouvé du petit garçon, ni aucun témoin.

Sa photo avait été placardée pendant des mois, jusque sur les boîtes de lait, une première aux États-Unis. Mais en vain. Etan avait officiellement été déclaré mort en 2001.

Hernandez, dénoncé par des proches, s'était accusé du meurtre en 2012, avant de revenir sur ses aveux.

À l'époque, il avait 18 ans, et travaillait dans une épicerie près de l'arrêt de bus d'Etan. Dans ses aveux, il a déclaré avoir attiré l'enfant dans le sous-sol de l'épicerie, en lui promettant un soda, et l'avoir étranglé.

Il avait ensuite mis le corps de l'enfant dans un sac plastique, placé le sac dans un carton et était allé le porter dans une ruelle proche avec les poubelles, selon ces aveux.

Son avocat a souligné qu'il avait un QI de 70, très largement inférieur à la moyenne, et plaidé la maladie mentale.

Aucun indice matériel n'a jamais permis de le lier à la disparition du petit garçon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer