Des écoles sommées de cesser leur ségrégation raciale

Dans un arrêt historique rendu le 17 mai... (ARCHIVES AP)

Agrandir

Dans un arrêt historique rendu le 17 mai 1954, la Cour suprême des États-Unis avait déclaré la ségrégation raciale inconstitutionnelle dans les écoles publiques. Sur la photo, des militaires escortent des étudiants noirs dans une école secondaire de Little Rock, Arkansas, en septembre 1957.

ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Un tribunal fédéral a ordonné aux autorités scolaires d'une ville du Mississippi de fusionner ses écoles secondaires afin de mettre fin à la ségrégation raciale de fait qui y avait toujours cours, ont annoncé lundi des responsables.

Cette décision judiciaire vient clore un combat judiciaire de 50 ans dans la ville de Cleveland, où la grande majorité des élèves noirs et blancs étudient de façon séparée, s'est félicité le ministère américain de la Justice.

Dans son jugement de 96 pages rendu vendredi et consulté par l'AFP, le tribunal constate les décennies de retard prises par les autorités scolaires de Cleveland pour «dé-ségrégationner» son enseignement secondaire.

«Cet échec, qu'il s'explique par des actions prises de bonne foi, de mauvaise foi ou un mélange des deux, a placé Cleveland dans la position non enviable de recevoir une injonction de dé-ségrégation», a affirmé le tribunal.

Après avoir considéré inconstitutionnels deux projets alternatifs présentés par la ville, la juge Debra Brown a finalement choisi le programme présenté par le gouvernement américain. Ce programme impose la fusion des collèges et lycées de Cleveland et donc la fin du cloisonnement entre les races.

Dans un arrêt historique rendu le 17 mai 1954 et connu sous le nom de «Brown v. Board of Education», la Cour suprême des États-Unis avait déclaré la ségrégation raciale inconstitutionnelle dans les écoles publiques.

«Six décennies après (cet arrêt), la décision (concernant Cleveland) vient rappeler aux districts que retarder les obligations de dé-ségrégation est inacceptable et inconstitutionnel», a commenté Vanita Gupta, responsable des droits civiques au ministère américain de la Justice.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer