Obama évoque les derniers moments de ben Laden

Des résidents d'Abbottabad, au Pakistan, observent un avion... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Des résidents d'Abbottabad, au Pakistan, observent un avion militaire qui survole le lieu où a été tué Oussama ben Laden l'avant-veille, le 2 mai 2011.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Cinq ans après le raid américain qui a coûté la vie à Oussama ben Laden, Barack Obama espère que, dans ses derniers instants, le fondateur d'Al-Qaïda a réalisé que les Américains n'avaient pas oublié le 11-Septembre.

Ben Laden a été tué dans la nuit du 1er au 2 mai 2011 par des forces spéciales américaines qui avaient pris d'assaut sa maison à Abbottabad, au Pakistan.

«J'espère qu'à ce moment il a compris que les Américains n'avaient pas oublié les quelque 3000 personnes qu'il a tuées» en septembre 2001 aux États-Unis, explique le président américain dans un entretien à la chaine CNN diffusé lundi.

Revenant sur sa décision de lancer le raid des forces spéciales, M. Obama estime qu'elle est «emblématique d'une prise de décision présidentielle».

«Vous travaillez toujours avec des probabilités, et vous prenez une décision qui n'est pas basée sur une certitude à 100% mais sur les meilleures informations dont vous disposez», explique-t-il.

«Je peux honnêtement dire que, au moment où j'ai pris la décision, tout le monde (dans mon équipe) avait pu s'exprimer», poursuit-il. «Nous n'avons pas abordé ce dossier à travers un prisme rose. Nous connaissions les risques de l'opération».

Une photo de cette journée est restée célèbre: celle de Barack Obama suivant les développements avec d'autres hauts responsables américains, dont Hillary Clinton, alors secrétaire d'État, dans la Situation Room, la salle de crise de la Maison-Blanche.

«Nous sommes entrés dans la pièce au moment où les hélicoptères étaient sur le point d'atterrir», raconte-t-il sur CNN. «Nous avons vu que l'un des hélicoptères s'est abimé lors de l'atterrissage», poursuit-il. «La bonne nouvelle, c'était qu'il ne s'était pas écrasé et que nos gars ont pu s'extraire. La mauvaise, c'était que l'hélicoptère lui-même était endommagé».

M. Obama, qui quittera le pouvoir en janvier 2017, a plusieurs fois souligné par le passé que la mort de ben Laden avait constitué le «jour le plus important» de sa présidence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer