Le milliardaire Robert Durst condamné à sept ans de prison

Robert Durst... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Robert Durst

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Le richissime Américain Robert Durst a été condamné mercredi à sept ans de prison pour possession illégale d'arme et drogue en Louisiane, et devrait être transféré en Californie où il fait face à des accusations de meurtres, selon une décision de justice.

L'héritier d'une fortune immobilière new-yorkaise avait plaidé coupable des accusations pesant sur lui en Louisiane, et demandait son transfert en Californie où il entend plaider non coupable dans le cadre des poursuites pour le meurtre d'une femme.

M. Durst, âgé de 73 ans, devrait être prochainement transféré dans la prison de Terminal Island au sud de la Californie, selon un tribunal fédéral de Louisiane, pour commencer à servir sa peine tout en attendant d'y être formellement inculpé pour la mort de Susan Berman. Cette amie de sa femme avait été tuée autour du 23 décembre 2000 dans son domicile de Benedict Canyon à Los Angeles.

Robert Durst avait été arrêté en mars 2015 à la veille de la diffusion du dernier épisode d'un documentaire en six épisodes sur sa vie diffusé par la chaîne HBO: The Jinx: The Life and Deaths of Robert Durst.

Il semblait y faire un aveu involontaire se murmurant à lui-même alors qu'il était aux toilettes et que son micro sans fil était toujours allumé: «Qu'est-ce que j'ai fait? Je les ai tous tués, évidemment».

Dans le dernier épisode de The Jinx, M. Durst est par ailleurs confronté à la similitude entre deux écritures, l'une sur l'enveloppe d'une lettre qu'il avait envoyée à Susan Berman en 1999 et l'autre sur une lettre anonyme envoyée à la police de Beverly Hills en décembre 2000 indiquant que le corps de Mme Berman se trouvait dans la maison de cette dernière. Les deux enveloppes comportent en particulier la même faute d'orthographe, «Beverley» au lieu de «Beverly».

Les procureurs pourraient requérir la peine de mort en raison de circonstances spéciales, notamment parce que Mme Berman devait témoigner le lendemain de sa mort devant la police dans le cas de la disparition encore non élucidée de Kathleen Durst, la première femme de Robert Durst, en 1982.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer