La boîte noire du cargo naufragé El Faro localisée

El Faro, un vieux roulier de 41 ans... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

El Faro, un vieux roulier de 41 ans et 225 mètres de longueur, transportait 33 personnes, principalement des Américains ainsi que cinq Polonais, qui ont tous disparu.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Miami

La boîte noire du cargo américain El Faro qui a sombré début octobre en plein ouragan dans les Bahamas avec 33 personnes à bord a été localisée mardi matin, a indiqué l'agence fédérale américaine de sécurité des transports (NTSB).

Une équipe d'enquêteurs et de scientifiques ont repéré l'enregistreur de données (VDR) par environ 4500 mètres de profondeur, à environ 65 kilomètres au nord-est des îles Acklins et Crooked, dans les Bahamas.

«La prochaine étape de l'enquête en cours est de déterminer comment le VDR peut être récupéré», a souligné l'agence dans son communiqué.

El Faro, un vieux roulier de 41 ans et 225 mètres de longueur, transportait 33 personnes, principalement des Américains ainsi que cinq Polonais, qui ont tous disparu.

La NTSB avait retrouvé en novembre l'épave du cargo par plus de 4500 mètres de profondeur et avait annoncé début février qu'elle s'apprêtait à envoyer de nouvelles équipes pour tenter de localiser la boîte noire. Dotée d'un matériel plus performant, cette nouvelle mission de recherches a débuté le 18 avril et devrait rester sur place jusqu'au 30 avril.

«Trouver un objet qui a la taille d'un ballon de basket presque 5 kilomètres sous la surface de l'océan est une remarquable réussite», a souligné mardi Christopher A. Hart, président de la NTSB, cité dans le communiqué.

Le modèle de boîte noire qui équipait le cargo est capable d'enregistrer les conversations et les sons du pont de pilotage du bateau, «ce qui fournira aux enquêteurs des éléments importants pour tenter de comprendre la séquence des événements qui ont conduit au naufrage», a relevé l'agence.

Le navire transportait plusieurs centaines de containers et d'automobiles depuis Jacksonville (Floride) vers San Juan (Porto Rico) lorsqu'il a envoyé son dernier message le 1er octobre, en plein ouragan Joaquin.

Joaquin s'était hissé en catégorie 4, sur une échelle de 5, avec des vents soufflant jusqu'à 225 km/h et des vagues de 15 mètres. Il avait notamment causé des dégâts importants aux Bahamas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer