Contrebande de tortues: un Canadien écope de cinq ans de prison

Selon les autorités, la valeur des tortues qui... (PHOTO AP)

Agrandir

Selon les autorités, la valeur des tortues qui ont été interceptées aux aéroports atteignait 1,28 million $.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ed White
La Presse Canadienne
ANN ARBOR

Un Canadien a reçu une peine de près de cinq ans de prison, mardi aux États-Unis, pour avoir envoyé illégalement en Chine des milliers de tortues qu'il avait achetées au Michigan.

Il s'agit d'un dur revers pour Kai Xu, qui était détenu au Michigan depuis son arrestation pour contrebande en décembre 2014 et qui espérait être relâché mardi.

Avant l'audience, l'homme de 27 ans avait écrit une lettre au juge dans laquelle il disait avoir vendu des tortues pour payer ses études universitaires. Il a mentionné qu'il ne lui restait plus qu'une session de cours avant d'obtenir son diplôme en génie de l'Université de Waterloo, en Ontario.

Kai Xu s'est excusé en cour, mardi, et a remercié les agents frontaliers qui lui ont permis de mettre fin «à l'obscurité de (sa) cupidité et de (son) ignorance».

Selon les autorités, Kai Xu expédiait des tortues en provenance du Canada et des États-Unis vers la Chine ou encore il embauchait quelqu'un pour transporter les tortues dans ses bagages jusqu'en Asie.

En décembre 2014, il avait été appréhendé à la frontière séparant Windsor et Détroit avec 51 tortues collées sur ses jambes.

Il n'est pas illégal aux États-Unis d'acheter des tortues chez des éleveurs. Le crime reproché à Kai Xu a été de les exporter sans détenir de permis.

L'avocat de l'intimé, Matthew Borgula, a fait valoir que son client n'était pas un grand négociant international, mais la procureure Sara Woodward a maintenu que le stratagème du suspect était l'un des plus importants mis au jour ces dernières années.

Selon les autorités, la valeur des tortues qui ont été interceptées aux aéroports atteignait 1,28 million $.

Me Borgula a déclaré à l'Associated Press que cette sentence était «très sévère» et qu'il projetait de la porter en appel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer