Plaidoyer d'Obama pour l'équité salariale

«Aujourd'hui, en moyenne, une femme qui travaille à... (PHOTO SAUL LOEB, AFP)

Agrandir

«Aujourd'hui, en moyenne, une femme qui travaille à plein temps gagne 79 cents lorsqu'un homme gagne un dollar. Et l'écart est encore plus marqué pour une femme de couleur», a déclaré le président Obama lors d'une cérémonie désignant «Monument national» la Sewall-Belmont House, une maison de Washington qui a accueilli le Parti national de la femme (National Woman's Party, NWP).

PHOTO SAUL LOEB, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

«À travail égal, salaire égal: ce devrait être un principe fondamental de notre économie»: le président des États-Unis Barack Obama a plaidé mardi pour l'égalité salariale entre hommes et femmes, qui est loin d'être une réalité.

«C'est une idée simple (...), mais c'est une idée que nous n'avons toujours pas réussi à mettre en oeuvre», a déclaré M. Obama à l'occasion de la Journée de l'égalité salariale.

«Aujourd'hui, en moyenne, une femme qui travaille à plein temps gagne 79 cents lorsqu'un homme gagne un dollar. Et l'écart est encore plus marqué pour une femme de couleur», a-t-il ajouté lors d'une cérémonie désignant «Monument national» la Sewall-Belmont House, une maison de Washington qui a accueilli le Parti national de la femme (National Woman's Party, NWP).

Ce parti a été créé par la militante Alice Paul, suffragette qui s'est battue, tout au long du XXe siècle, «pour l'égalité politique, sociale et économique des femmes aux États-Unis, mais aussi à travers le monde», selon le décret signé par le président américain visant à protéger cette maison.

Saluant le rôle joué par les suffragettes, qui se retrouvaient dans cette maison située non loin du Capitole et de la Cour suprême, M. Obama a souhaité que ce lieu devienne emblématique des luttes passées - et présentes - pour les droits des femmes.

«Je veux que les garçons et les filles viennent ici dans 10, 20, 100 ans pour se souvenir que des femmes se sont battues pour l'égalité», a-t-il lancé.

«Je veux qu'ils soient stupéfaits de découvrir qu'à une époque, les femmes n'avaient pas le droit de vote, gagnaient moins que les hommes pour le même travail, étaient moins nombreuses que les hommes dans les conseils d'administration ou qu'aucune femme n'avait occupé le Bureau ovale», a-t-il ajouté, avant de glisser, sur ce dernier point : «Je ne sais combien de temps cela prendra, mais on s'en rapproche».

La candidate démocrate Hillary Clinton, qui pourrait devenir en janvier 2017 la première femme à accéder à la présidence des États-Unis, a fait de l'égalité salariale l'un de ses thèmes de campagne.

Elle a diffusé mardi sur Twitter la vidéo d'un échange lors d'un rassemblement électoral avec une petite fille sur ce thème.

«Pensez-vous que lorsque vous serez présidente vous serez payée comme si c'était un homme?», lui demandait cette dernière, provoquant des éclats de rire dans la salle.

«C'est l'un des postes pour lesquels ils doivent vous payer de la même manière», répondait l'ancienne secrétaire d'État. «Mais il y a tellement d'exemples où ce n'est pas le cas. Je ferai tout mon possible pour m'assurer que toutes les femmes, dans tous les postes, soient payées de la même manière que les hommes».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer