Obama exhorte le Sénat à voter pour le juge nommé à la Cour suprême

Barack Obama souhaite nommer Merrick Garland à la Cour... (Photo Doug Mills, Archives The New York Times)

Agrandir

Barack Obama souhaite nommer Merrick Garland à la Cour suprême, mais le Sénat, majoritairement républicain, s'y oppose.

Photo Doug Mills, Archives The New York Times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le président américain Barack Obama a appelé samedi une nouvelle fois les républicains du Sénat à donner sa chance au juge Merrick Garland, nommé cette semaine à la Cour suprême.

«Je sais que nous sommes au milieu d'une saison politique particulièrement bruyante et volatile», a déclaré Barack Obama dans son allocution hebdomadaire.

«Je demande aux républicains du Sénat de donner au juge Garland le respect qu'il mérite. Donnez-lui une audition. Donnez-lui un vote. Lui refuser serait une abdication du devoir constitutionnel du Sénat», poursuit le président américain.

«À une époque où la politique est très polarisée, quand les normes et traditions de notre discours politique semblent s'éroder, il est justement temps de traiter une nomination à la Cour suprême avec le sérieux qu'elle mérite», dit Barack Obama.

Après des semaines de réflexion, M. Obama a nommé mercredi à la Cour suprême le juge fédéral Merrick Garland, un progressiste modéré, en remplacement du juge conservateur Antonin Scalia, décédé en février.

Aux États-Unis, le président nomme les juges de la Cour suprême à vie, mais chaque nomination doit être approuvée par un vote des sénateurs.

Si quelques sénateurs républicains ont annoncé qu'ils recevraient le juge, l'homme fort du Sénat, Mitch McConnell, a adressé une fin de non-recevoir et annoncé qu'aucune audition parlementaire ni aucun vote de confirmation ne seraient organisés. La majorité républicaine veut que ce soit le successeur de Barack Obama qui nomme le remplaçant d'Antonin Scalia, de peur que la plus haute juridiction du pays, actuellement à parité entre quatre juges conservateurs et quatre progressistes, ne bascule du côté de ces derniers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer