Washington minimise la capacité de frappe nucléaire nord-coréenne

Un véhicule militaire transporte ce qui pourrait être... (PHOTO PEDRO UGARTE, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Un véhicule militaire transporte ce qui pourrait être un missile balistique.

PHOTO PEDRO UGARTE, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Des responsables américains de la défense ont minimisé jeudi l'aptitude de Pyongyang à mener des frappes nucléaires, après des déclarations du leader nord-coréen Kim Jong-Un sur sa capacité à frapper « à chaque instant ».

« L'analyse du gouvernement américain n'a pas changé. Nous n'avons pas vu la Corée du Nord tester ou démontrer sa capacité à miniaturiser une tête nucléaire et la mettre sur un missile balistique », a déclaré un responsable américain de la défense.

Un autre responsable a exprimé le même scepticisme sur la capacité de frappe nucléaire nord-coréenne.

De toute façon, les États-Unis sont pleinement « confiants » dans leur système de défense contre les missiles balistiques et sa capacité à contrer d'éventuelles attaques nucléaires de Pyongyang, a souligné ce responsable.

Le leader nord-coréen Kim Jong-Un a déclaré vendredi que l'arsenal nucléaire de la Corée du Nord devait être « prêt à chaque instant », en réaction à la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui alourdit nettement les sanctions internationales contre son pays.

Cette résolution présentée par les États-Unis faisait suite aux derniers essais nucléaires et balistiques menés par la Corée du nord.

Mais même si la crédibilité de la menace nord-coréenne n'est pas établie, les États-Unis n'en invitent pas moins la Corée du Nord à « s'abstenir d'actions provocantes et d'une rhétorique qui aggrave les tensions », a souligné un troisième responsable américain.

Le régime de Pyongyang doit plutôt se concentrer sur « le respect de ses obligations internationales et de ses engagements », a estimé ce responsable.

La Corée du Nord s'est livrée le 6 janvier à son quatrième essai nucléaire, et le 7 février à un tir de fusée, en violation de plusieurs résolutions onusiennes.

La dernière résolution de l'ONU en réaction à ces essais a été adoptée par le Conseil de sécurité à l'unanimité, y compris par la Chine, seul allié de Pyongyang.

Quelques heures après l'adoption du texte, la Corée du Nord a tiré des projectiles à courte portée au large de ses côtes orientales selon le ministère sud-coréen de la Défense.

D'après le ministère sud-coréen, six projectiles dotés apparemment d'une portée de 100 à 150 kilomètres ont été tirés en mer du Japon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer