Violences lors d'une réunion du Ku Klux Klan: 3 blessés, 13 arrestations

Un membre du KKK, à gauche, se dispute... (Photo AP)

Agrandir

Un membre du KKK, à gauche, se dispute avec un militant hostile à l'organisation.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LOS ANGELES

Trois personnes ont été blessées par arme blanche, dont l'une grièvement, et 13 autres ont été arrêtées lors de heurts samedi en Californie entre des membres du Ku Klux Klan et des adversaires de ce groupe raciste, ont déclaré des témoins et la police.

Six membres du Ku Klux Klan (KKK), une organisation suprématiste blanche, venaient de se réunir en milieu de journée à Anaheim, une ville de Californie située au sud-est de Los Angeles, lorsqu'ils ont été attaqués par une foule de militants hostiles, a déclaré à l'AFP un témoin, Brian Levin.

«Six membres du KKK sont arrivés et ont été immédiatement attaqués par des protestataires, à la suite de quoi un protestataire a été poignardé», a indiqué le sergent Daron Wyatt, porte-parole de la police d'Anaheim. L'attaque initiale a déclenché «plusieurs bagarres séparées», a-t-il dit.

Les trois personnes blessées à l'arme blanche sont toutes des protestataires, et deux membres du KKK ont été piétinés par la foule, a déclaré le sergent Wyatt.

A la suite de ces violences, la police a arrêté treize personnes, dont six membres du KKK et sept protestataires, a ajouté le porte-parole.

Pendant les heurts, les protestataires ont brisé le pare-brise et une vitre du véhicule à bord duquel les membres du KKK étaient arrivés, a dit M. Levin, un chercheur qui dirige le Centre pour l'étude de la haine et de l'extrémisme à l'Université d'Etat de Californie à San Bernardino.

M. Levin a précisé qu'il était venu au rassemblement en tant qu'observateur et qu'il s'était retrouvé entre les membres du KKK et la foule de leurs adversaires en train de tenter de calmer les violences.

«J'ai aidé deux Klansmen (membres du KKK, ndlr) à se mettre à l'abri», a-t-il déclaré. «J'ai dit à la foule: le docteur King n'approuverait pas ça, s'il vous plaît, ne faites pas de mal à ces hommes».

Il se référait à Martin Luther King, militant historique contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis et pour la paix, prix Nobel de la paix 1964, assassiné en 1968.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer