Les républicains tentent de prendre Trump à son jeu lors du débat

Ted Cruz durant le débat tenu à Des... (Photo Carlos Barria, Reuters)

Agrandir

Ted Cruz durant le débat tenu à Des Moines, et retransmis sur Fox News, jeudi.

Photo Carlos Barria, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ivan Couronne
Agence France-Presse
DES MOINES

Le milliardaire Donald Trump a fait le pari jeudi de boycotter l'ultime débat des primaires républicaines avant le vote de l'Iowa lundi, son absence libérant les accrochages entre les autres candidats, qui n'ont pas manqué d'ironiser sur le grand absent de la soirée.

Deux événements politiques ont pris place jeudi soir dans la capitale du petit État, Des Moines, à quelques kilomètres de distance : un débat républicain dans le centre de conférences entre sept candidats aux primaires, prévu depuis des mois, et un meeting de l'homme d'affaires, organisé en deux jours, dans une salle bondée de 700 personnes sur le campus de l'université Drake.

L'ombre du milliardaire pesait néanmoins sur le débat, où il aurait dû figurer au centre. Agacé par la partialité supposée de Fox News, la chaîne organisatrice, et de sa journaliste vedette Megyn Kelly, il a annulé sa participation et promis de voler des téléspectateurs à la chaîne préférée des conservateurs.

« Je suis un maniaque et tout le monde sur ce plateau est stupide, gros et moche. Et Ben (Carson), vous êtes un horrible chirurgien », a déclaré dès le début de l'émission le sénateur ultra-conservateur Ted Cruz, deuxième des sondages républicains, déclenchant des rires. « Maintenant qu'on s'est débarrassé de la partie Trump, montrons aux personnes dans ce pays pourquoi chacun d'entre nous pense qu'il peut être le meilleur commandant en chef ».

Le candidat républicain Donald Trump à Des Moines,... (Photo Andrew Harnik, AP) - image 2.0

Agrandir

Le candidat républicain Donald Trump à Des Moines, en Iowa, jeudi

Photo Andrew Harnik, AP

Fox News contre Trump

Quelques minutes plus tard, Donald Trump faisait son entrée dans sa propre salle, un meeting retransmis par CNN notamment.

« Quand on est maltraité, il faut savoir se défendre », a-t-il dit pour justifier son boycott du débat. « Regardez toutes ces caméras, on dirait les Oscars », a-t-il poursuivi, fier que sa soirée ait eu un tel poids médiatique.

Le candidat en tête des sondages républicains a assuré que Fox News venait de lui présenter ses excuses pour un communiqué ironique mardi. La chaîne s'était demandé comment le président Trump réagirait face à un traitement injuste de la part de Vladimir Poutine ou des ayatollahs iraniens.

« Ils m'ont appelé il y a quelques minutes : pouvez-vous venir? » a raconté Donald Trump. « Mais une fois qu'on avait commencé, je ne pouvais plus rien faire », a-t-il dit, en annonçant que l'événement avait permis de lever cinq millions de dollars en faveur des anciens combattants, dont un million de sa propre poche.

Dans un communiqué, Fox News a précisé que le patron de la chaîne, Roger Ailes, avait prié Donald Trump de revenir sur sa décision et avait pris acte de sa plainte sur une « observation satirique ».

Mais il a aussi révélé que Donald Trump avait posé comme condition à sa participation que Fox News verse cinq millions de dollars à des associations pour anciens combattants. Une condition refusée.

Cruz contre Rubio

Le débat républicain, le dernier avant que les électeurs de l'Iowa votent lundi soir lors des « caucus » (réunions), s'est déroulé calmement mais non sans accrochages entre les sénateurs Ted Cruz et Marco Rubio, numéros deux et trois des sondages.

L'immigration et le sort des clandestins ont donné lieu à un échange tendu, Ted Cruz accusant Marco Rubio d'avoir soutenu un projet de régularisations massives au Sénat en 2013.

« Pendant la bataille, mon ami le sénateur Rubio a choisi de se mettre du côté de Barack Obama », a accusé Ted Cruz.

« La vérité, Ted, est que dans cette campagne, vous avez dit tout et n'importe quoi pour gagner des voix », a lancé Marco Rubio, en lui rappelant qu'il avait travaillé sur le plan immigration de George W. Bush.

Les candidats ont longuement débattu de sécurité nationale, d'islam radical et de la stratégie militaire à adopter contre l'organisation État islamique, chacun se présentant comme le plus capable de devenir commandant en chef.

Hillary Clinton a été la cible répétée d'attaques, notamment pour son affaire de messagerie personnelle quand elle était secrétaire d'État. Les républicains l'accusent d'avoir pris le risque d'échanger des informations confidentielles sur un serveur non gouvernemental.

« Je vais vous dire qui n'est pas à la hauteur pour devenir présidente des États-Unis, Hillary Rodham Clinton, à cause de ce qu'elle a fait à notre pays », a dit Chris Christie, gouverneur du New Jersey.

Combien de téléspectateurs auront regardé le débat, sans Donald Trump? Le chiffre devrait être connu vendredi.

Les six premiers débats ont attiré entre 11 et 25 millions de téléspectateurs, selon Nielsen, des niveaux extraordinaires par rapport aux élections précédentes. Nul doute que Donald Trump criera victoire en cas d'audience inférieure.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer