Six policiers renvoyés pour avoir tué deux Noirs non armés

Au total, 137 cartouches ont été tirées sur... (PHOTO AP)

Agrandir

Au total, 137 cartouches ont été tirées sur la voiture de Timothy Russell et Malissa Williams.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Cleveland

Six policiers qui avaient tué deux Afro-Américains non armés en criblant leur voiture de 137 balles ont été renvoyés mardi, trois ans après la poursuite meurtrière qui s'était déroulée à Cleveland, dans l'Ohio.

Les autorités espèrent que ces licenciements vont permettre de «clore» le dossier pour une ville qui tente de restaurer la confiance entre minorités et forces de l'ordre après plusieurs bavures policières à l'encontre de suspects noirs.

La police de Cleveland avait déjà été montrée du doigt dans l'affaire Tamir Rice, un jeune garçon de 12 ans qui jouait sur un trottoir près d'un parc avec un pistolet en plastique quand il a été abattu par un policier en novembre 2014.

Cleveland a depuis promis de mieux encadrer sa police, selon un accord passé en mai dernier avec le ministère de la Justice.

Cet accord avait été annoncé deux jours après des manifestations dans les rues de la ville contre l'acquittement du policier poursuivi pour la fusillade de 2012.

Michael Brelo, 31 ans, était l'un des 13 agents impliqués dans la course-poursuite à grande vitesse, menée sur 35 kilomètres, à l'issue de laquelle Timothy Russell et Malissa Williams avaient été tués.

La voiture du couple avait pétaradé alors qu'ils passaient à hauteur du commissariat et les policiers avaient pensé à un coup de feu. Ils ont pris en chasse la voiture, qui a tenté de fuir.

Au total, 137 cartouches ont été tirées sur la voiture, dont 49 par le seul Michael Brelo. Celui-ci avait tiré ses 15 dernières cartouches alors qu'il était sur le capot de la Chevrolet Malibu des suspects.

Parmi les autres agents impliqués, six ont été suspendus et un autre est parti à la retraite.

Les autorités de la ville ont estimé que les policiers avaient mis en danger leurs collègues en tirant 137 balles en l'espace de 20 secondes. Mais le maire Frank Jackson a défendu le temps mis pour sanctionner ces agents: «Depuis le début nous parlons de mener un processus qui soit parfaitement juste», a-t-il souligné.

Le président du syndicat de la police locale, Steve Loomis, a vivement protesté contre la décision de renvoi de ses collègues: «La politique dans cette ville est absolument effrayante», a-t-il dit.

«Combien de personnes vont nous dire quand c'est justifié ou non de tirer ?», a-t-il demandé. «La manière dont ça s'est passée est tragique mais au final, deux personnes droguées au crack et à la marijuana ont pris des décisions auxquelles nous avons réagi».

L'annonce des renvois des six policiers de Cleveland intervient alors que se tient à New York le procès d'un policier qui a tué par accident un jeune homme noir en novembre 2014. Il est extrêmement rare aux États-Unis qu'un policier en fonctions soit jugé pour avoir tué quelqu'un.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer