New York: procès d'un policier ayant tué un père de famille afro-américain

Peter Liang, 28 ans, jeune policier débutant, est... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Peter Liang, 28 ans, jeune policier débutant, est notamment inculpé d'homicide involontaire et homicide par négligence.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte DUSSEAU
Agence France-Presse
NEW YORK

Le procès d'un jeune policier qui avait tué en novembre 2014 un père de famille noir non armé dans une cage d'escalier mal éclairée de Brooklyn, s'est ouvert mercredi après-midi à New York par la sélection des jurés.

La mort d'Akai Gurley, 28 ans, par le policier Peter Liang, était intervenue quelques mois après celle d'Eric Garner, autre père de famille noir, lors d'une interpellation musclée à New York. Elle avait suscité de vives protestations, dans un contexte de tensions raciales ravivées aux États-Unis par la mort de plusieurs jeunes noirs lors d'interactions avec la police.

Ce procès, rare pour un policier, devrait durer de trois à quatre semaines, a précisé le juge Danny Chun.

Des dizaines de jurés potentiels, souvent membres de minorités, ont cherché à être exemptés. Certains ont expliqué qu'ils ne parlaient pas bien anglais, d'autres qu'ils avaient eu de mauvaises expériences avec des policiers.

«Il y a eu beaucoup de mauvais comportements de la police récemment» a affirmé un juré potentiel. «Je ne pourrai pas être impartial», a-t-il ajouté, avant d'être renvoyé.

Peter Liang, 28 ans, jeune policier débutant d'origine chinoise, est notamment inculpé d'homicide involontaire et homicide par négligence. Il a plaidé non coupable et risque jusqu'à 15 ans de prison.

Laissé en liberté, il était présent au tribunal de Brooklyn, en costume, chemise blanche et cravate grise, aux côtés de ses deux avocats.

La sélection des jurés se poursuivra jeudi, et les premières déclarations sont attendues lundi prochain.

Dès le lendemain du drame, le chef de la police Bill Bratton avait reconnu que la victime, père d'une petite fille était «totalement innocente et n'était engagée dans aucune sorte d'activité criminelle». Le maire Bill de Blasio avait parlé d'«erreur tragique».

Akai Gurley n'était pas armé. Il avait été atteint d'une balle en pleine poitrine.

Policier à l'essai 

Le jeune policier, qui devrait témoigner pour sa propre défense, avait commencé 18 mois plus tôt et était encore à l'essai. Le 20 novembre 2014, il était chargé de patrouiller avec un collègue dans la cité HLM Pink Houses de Brooklyn, théâtre de deux meurtres en un an. Après avoir vérifié le toit d'un immeuble, il en avait emprunté la cage d'escalier au 8e étage pour redescendre.

La lumière ne fonctionnait pas et il faisait très sombre. Au même moment, l'ascenseur n'arrivant pas, Akai Gurley avait emprunté la cage d'escalier au 7e étage avec une amie. Peter Liang avait tiré, selon les enquêteurs.

«Je l'ai tué par accident», avait-il indiqué ensuite à son supérieur Vitaliy Zelikov, arrivé sur place, qui l'a raconté lors d'une audience préparatoire au procès mardi. Peter Liang «avait du mal à respirer», semblait choqué, était «incohérent dans ses propos», a témoigné M. Zelikov.

Après avoir tiré, Peter Liang et son collègue Shaun Landau avaient tardé plusieurs minutes avant d'appeler leurs supérieurs. Ils n'avaient pas non plus appelé les secours, selon les procureurs.

Un grand jury a retenu six chefs d'accusation: homicide involontaire, homicide par négligence, agression, mise en danger d'autrui par négligence et deux chefs de faute professionnelle.

Dans le cas d'Eric Garner, décédé en juillet 2014 lors d'une interpellation musclée dans l'arrondissement de Staten Island, un grand jury avait à l'inverse décidé de ne pas poursuivre les policiers impliqués, suscitant de nombreuses manifestations de protestation.

«Nous ne pensons pas que le policier Liang avait l'intention de tuer M. Gurley, mais il avait le doigt sur la détente et il a actionné son pistolet», avait déclaré le procureur de Brooklyn Kenneth Thompson en février 2015, après l'inculpation de M. Liang.

La mort d'Akai Gurley avait encore exacerbé les tensions, après la mort de plusieurs Noirs aux mains de policiers. Celle de Michael Brown à Ferguson, au Missouri, en août 2014 avait notamment provoqué des émeutes. Des manifestations avaient eu lieu à l'époque dans de nombreuses villes.

«Si c'était une personne ordinaire et pas un flic, il serait en prison», a déclaré mardi la tante d'Akai Gurley. «Nous voulons un procès honnête, mais aurons-nous un procès honnête dans l'État de New York ? Nous verrons», a-t-elle ajouté.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer