Le sixième débat républicain en sept phrases

Le sixième débat entre les candidats à l'investiture... (PHOTO RANDALL HILL, REUTERS)

Agrandir

Le sixième débat entre les candidats à l'investiture républicaine s'est déroulé jeudi soir à Charleston, en Caroline du Sud.

PHOTO RANDALL HILL, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NORTH CHARLESTON, Caroline du Sud

Le sixième débat entre les candidats républicains à la Maison-Blanche jeudi soir à Charleston, en Caroline du Sud, a donné lieu à quelques vifs échanges et plusieurs petites phrases, dont voici les plus marquantes:

 «Hillary Clinton, un "désastre"»

«Hillary Clinton serait un désastre pour la sécurité nationale. (...) Si elle est élue, lors de ses cent premiers jours (à la Maison-Blanche), au lieu de mettre en place une politique, elle va probablement devoir faire des allers-retours entre la Maison-Blanche et la cour de justice. Nous devons empêcher ça.»

Jeb Bush,
ex-gouverneur de Floride

Ted Cruz est-il américain?

«Depuis septembre, la Constitution n'a pas changé, mais les chiffres des sondages eux ont évolué. Donald est atterré par les sondages qui le donnent en baisse dans l'Iowa. La loi veut qu'un enfant de citoyen américain né à l'étranger soit un Américain. (...) Donald Trump pourrait aussi être disqualifié (si l'on suit sa logique), parce que sa mère est née en Écosse.»

Le sénateur Ted Cruz,
accusé par Donald Trump d'être disqualifié, car né au Canada

««Je suis né ici. Grosse différence. Franchement, les sondages viennent de sortir pour l'Iowa, dans les trois derniers sondages, je te bats. Je soulève cette question maintenant, car il s'en sort un peu mieux maintenant. Il a probablement 4 ou 5 % de chance (de gagner)».»

Donald Trump,
répondant à Ted Cruz

«Les amis musulmans de Trump»

«J'ai de nombreux amis musulmans et plusieurs d'entre eux, je ne dirais pas tous, m'ont appelé et m'ont dit «Donald, merci beaucoup. Tu exposes un problème incroyable».»

Donald Trump,
interrogé sur sa proposition d'interdire aux musulmans d'entrer aux États-Unis

«La Chine marche sur Obama»

«La Chine marche sur le président Obama comme si c'était un enfant. (...) Si nous imposons une taxe douanière, ils vont imposer des taxes également qui vont frapper les agriculteurs de l'Iowa.»

Ted Cruz,
interrogé sur le commerce avec la Chine

«Si je ne sais pas qui vous êtes...»

«Il y a un groupe djihadiste radical qui se joue de notre système d'immigration. Et pas seulement des cartes vertes, ils recrutent des personnes qui entrent en tant que docteurs, ingénieurs, même des fiancés. Ils comprennent les vulnérabilités que nous avons (...), ils cherchent à se servir des pays qui bénéficient de l'exemption de visa pour envoyer des gens aux États-Unis. Donc notre priorité est de nous assurer que des tueurs n'entrent pas aux États-Unis. Quand je serai président, si je ne sais pas qui vous êtes et d'où vous venez, vous n'allez pas rentrer aux États-Unis.»

Le sénateur de Floride Marco Rubio,
interrogé sur l'immigration

«Plus d'accords stupides»

«Hier j'étais avec 75 ouvriers du bâtiment. (...) Ils regardaient l'humiliation de nos jeunes marins, à genoux dans une position pour demander pardon, leurs mains en l'air, des Iraniens pointant leurs armes sur leurs têtes. C'était une vision terrible. Et la seule raison pour laquelle nous les avons récupérés, c'est parce qu'on leur devait à cause d'un accord stupide, 150 milliards de dollars. Si je suis président, il n'y aura plus d'accords stupides.»

Donald Trump,
à propos des marins américains brièvement détenus par Téhéran cette semaine
Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer