Trump et ses partisans vus par un psy

«Les déclarations xénophobes de [Donald] Trump représentent une... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

«Les déclarations xénophobes de [Donald] Trump représentent une exploitation éhontée des peurs des gens à l'égard de groupes marginaux», dit le psychologue clinicien Ben Michaelis.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(New York) Ça ne va vraiment pas bien dans la tête des électeurs les plus susceptibles d'appuyer Donald Trump. De qui parle-t-on au juste? Des Américains blancs d'âge moyen peu éduqués.

Depuis 1999, ils meurent en nombre record, selon une étude publiée début novembre par le Prix Nobel d'économie 2015, Angus Deaton, et sa femme Anne Case. La mortalité des Américains blancs âgés de 45 à 54 ans a augmenté de 9% sur une période de 14 ans, et de 22% pour ceux d'entre eux n'ayant pas poursuivi d'études au-delà du secondaire. Tous les autres groupes démographiques, y compris les Noirs et les Hispaniques, ont connu une baisse de mortalité au cours de la même période, et ce, dans toutes les tranches d'âge

Alcool, drogues, suicides

Et pourquoi donc la mortalité des 45-54 ans blancs les moins éduqués a-t-elle augmenté de 600 à 734 pour 100 000 individus de 2009 à 2013 aux États-Unis? Les économistes de Princeton invoquent trois maux: alcool, drogues (opiacés), suicides. Et ils établissent un lien entre ce phénomène et «l'insécurité économique» des membres d'une génération qui ont été les premiers à réaliser que le «rêve américain» d'avoir une meilleure vie que celle de leurs parents ne serait pas à leur portée.

Et le rapport avec les partisans de Trump? Environ la moitié d'entre eux sont des Blancs âgés de 45 à 65 ans, selon une étude réalisée par deux politologues de Stanford (David Brady et Douglas Rivers). Et une moitié d'entre eux n'ont pas plus qu'un diplôme d'études secondaires. Pour Ben Michaelis, psychologue clinicien à New York, il ne fait pas de doute que l'étude des économistes de Princeton jette un éclairage crucial pour comprendre la popularité du milliardaire auprès de certains électeurs républicains.

L'illusion de certitude

«Comme le démontrent les recherches et l'histoire, les gens qui ressentent de la peur et de l'incertitude recherchent souvent la certitude afin de les aider à mieux gérer leur anxiété. Et l'une des choses que Trump offre est l'illusion de certitude: des réponses claires et concrètes à une peur diffuse. Pour combattre l'immigration illégale, nous allons bâtir un mur! Pour lutter contre le terrorisme, nous allons stopper l'immigration musulmane!», affirme le psychologue en entrevue.

Et d'ajouter: «Les déclarations xénophobes de Trump représentent une exploitation éhontée des peurs des gens à l'égard de groupes marginaux afin de gagner des votes. C'est une honte pour notre pays. Cela fait penser à l'Allemagne de l'entre-deux-guerres. L'économie du pays était décimée et les gens cherchaient des boucs émissaires, une situation que Hitler a exploitée avec les conséquences que l'on sait.»

Ben Michaelis est l'un des psychologues cliniciens auxquels le magazine Vanity Fair a fait appel récemment pour dresser le portrait psychologique de Donald Trump. Ceux-ci en sont venus à un verdict unanime.

«Donald Trump présente des symptômes qui sont absolument liés au trouble de la personnalité narcissique», dit Michaelis à La Presse en évoquant notamment son manque d'empathie et son absence de remords.

Michaelis revient sur l'épisode où le milliardaire s'est moqué d'un journaliste handicapé qui l'avait pris en flagrant délit de mensonge sur les soi-disant célébrations de milliers de musulmans du New Jersey lors des attentats du 11-Septembre. «Vous devriez voir ce type», avait lancé Trump devant ses partisans en se lançant dans une gesticulation censée imiter Serge Kovaleski, qui souffre d'une maladie qui réduit la mobilité de ses articulations.

«Quand il a fait ce théâtre pour dénigrer le journaliste handicapé, je pensais vraiment que cela allait faire tourner le vent, dit le psychologue et auteur d'un récent livre (Your Next Big Thing). C'était tellement cruel à mes yeux. Et quand j'ai vu que cela n'avait eu aucun impact auprès des supporteurs, j'ai été secoué. Je crois qu'il n'y a plus rien qu'il puisse dire qui lui ferait perdre des supporteurs.»

Dans l'épisode évoqué plus haut, Donald Trump a démontré deux autres symptômes du trouble de la personnalité narcissique. Il a d'abord nié s'être moqué du journaliste handicapé et il a réclamé ensuite des excuses à ceux qui prétendaient le contraire.

«Pour moi, la question la plus impérieuse est l'état psychologique de ses supporteurs, dit Ben Michaelis. Ils sont incapables ou peu disposés à établir un lien entre les défis auxquels fait face tout président et le comportement et la connaissance de Donald Trump. Dans une démocratie, c'est désastreux.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer