Donald Trump «met en danger la sécurité nationale», juge Kerry

Donald Trump... (Jim Cole, archives AP)

Agrandir

Donald Trump

Jim Cole, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

La proposition de Donald Trump d'empêcher «temporairement» les musulmans d'entrer aux États-Unis «met en danger» la sécurité nationale du pays, a estimé dimanche le secrétaire d'Etat américain, John Kerry.

«Cela met en danger la sécurité nationale, car cette proposition indique la volonté d'un Américain candidat à la plus haute fonction du pays de discriminer toute une religion», a-t-il déclaré dans une interview sur la chaîne ABC.

«Ce type d'interdiction est contraire aux valeurs américaines et à notre Constitution et je pense que cela est une politique étrangère très dangereuse, car elle dit à ceux dans l'islam qui essayent d'exploiter la population et de recruter des combattants étrangers: regardez en Amérique ils ont un type qui fait la guerre contre l'islam», a-t-il expliqué dans une seconde interview diffusée dimanche matin dans l'émission Face the Nation sur CBS.

«C'est leur impression qui peut être exploitée [...] et permet de recruter [...], car cela laisse penser que l'Amérique est vraiment discriminatoire envers l'islam et les musulmans», a poursuivi le chef de la diplomatie américaine sur CBS.

Cette proposition de M. Trump «est [également, NDLR] extrêmement discriminatoire contre de nombreux Américains et d'autres qui sont musulmans et nombre de personnes dans le monde qui savent que leur religion a été détournée et veulent en reprendre possession», a-t-il ajouté.

«Je pense donc que pour la politique étrangère américaine cela a un énorme impact négatif comme je l'entends dire par les ministres des Affaires étrangères et d'autres dans mes voyages et en parlant avec des gens dans différents pays», a conclu John Kerry.

L'idée d'une discrimination religieuse proposée par Donald Trump, toujours en tête dans la course à l'investiture républicaine pour la présidentielle de novembre 2016, a provoqué un tollé partout dans le monde de Washington au Caire en passant par Londres et l'ONU.

Des centaines de milliers de Britanniques ont signé une pétition pour interdire l'accès de M. Trump à leur pays tandis que le milliardaire saoudien et membre de la famille royale, le prince Al-Walid ben Talal, a affirmé vendredi que Donald Trump était une «honte» pour «toute l'Amérique».

M. Trump a lancé sa proposition d'empêcher les musulmans d'entrer aux Etats-Unis en début de semaine dernière après la mort de 14 personnes dans une fusillade à San Bernardino, en Californie. La police fédérale américaine a assuré que le couple de tueurs étaient des musulmans «radicalisés depuis un bon moment» qui avaient planifié leur acte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer