Des cadets militaires sanctionnés pour leur tenue du Ku Klux Klan

Les photos rendues publiques sur un réseau social... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Les photos rendues publiques sur un réseau social ont été qualifiées d'«offensantes et perturbantes» par le président de l'université militaire, qui a ordonné une enquête.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Huit élèves d'une prestigieuse école militaire des États-Unis ont été suspendus après avoir posé dans une tenue rappelant celle du Ku Klux Klan, l'établissement se voyant par ailleurs critiqué vendredi par Hillary Clinton pour avoir conservé un drapeau confédéré.

«Huit cadets ont été suspendus et sont repartis chez eux ce matin», a confirmé vendredi à l'AFP Kimberly Keelor, porte-parole de The Citadel, une académie privée située en Caroline du Sud.

Ces étudiants habillés tout de blanc avaient été photographiés la tête recouverte d'une taie d'oreiller, percée de deux trous pour les yeux, évoquant fortement la cagoule pointue des partisans du Ku Klux Klan, un groupe ouvertement ségrégationniste.

Les photos rendues publiques sur un réseau social ont été qualifiées d'«offensantes et perturbantes» par le président de l'université militaire, qui a ordonné une enquête.

«Selon les premiers éléments, les cadets répétaient des chants de Noël» dans le cadre d'un sketch inspiré d'un conte de Charles Dickens, a souligné John Rosa, un ancien officier de l'US Air Force.

Mais, a-t-il ajouté dans un communiqué jeudi, «ces images sont contraires à nos valeurs fondamentales d'honneur, de sens du service et de respect».

L'affaire a attiré l'attention sur un autre élément controversé de The Citadel: le fait que l'établissement conserve dans une chapelle sur son campus un drapeau des Confédérés, emblème des soldats du Sud pendant la Guerre de Sécession, mais symbole de racisme pour beaucoup d'Américains.

«Les symboles de haine ne font qu'ajouter à la haine. Il est temps d'abaisser le drapeau confédéré à The Citadel», a tweeté vendredi la favorite démocrate de l'investiture pour la présidentielle américaine de 2016, Hillary Clinton.

The Citadel a toutefois expliqué ne pas être en mesure dans l'immédiat de retirer le drapeau, à cause d'un règlement local de protection du patrimoine.

«Le 24 juin 2015, le conseil des visiteurs de The Citadel a voté à 9 contre 3 le retrait du drapeau. Mais une loi de l'État (la Loi sur le patrimoine) interdit qu'on le retire car il fait partie d'une collection commémorative de drapeaux anciens», a expliqué à l'AFP Mme Keelor.

Seule l'Assemblée législative de la Caroline du Sud est habilitée, par un vote, à décider le décrochage du drapeau, a-t-elle précisé.

Les critiques contre le drapeau confédéré se sont multipliées après la tuerie perpétrée le 17 juin par un jeune suprématiste blanc à Charleston, en Caroline du Sud. Charleston est aussi la ville de The Citadel.

Dylann Roof, qui avait abattu neuf paroissiens noirs, avait auparavant posé pour une photo en portant le drapeau confédéré.

Après la fusillade, la Caroline du Sud, suivie par plusieurs États, a retiré cet emblème de son Parlement, provoquant les protestations de ceux qui affirment y voir un héritage historique.

Le Ku Klux Klan, qui milite pour la suprématie blanche aux États-Unis, ne compterait plus que 5000 à 8000 membres, principalement dans le Sud profond, selon le Southern Poverty Law Center (SPLC).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer