La classe moyenne n'est plus majoritaire aux États-Unis

Selon l'étude, le pourcentage des Américains dont les... (PHOTO CARLO ALLEGRI, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Selon l'étude, le pourcentage des Américains dont les revenus sont inférieurs à ceux de la classe moyenne se situait à 25 % en 1971. Il s'élèverait aujourd'hui à 29 %.

PHOTO CARLO ALLEGRI, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Richard Hétu

collaboration spéciale

La Presse

(NEW YORK) Pendant des décennies, la classe moyenne aura constitué la majorité aux États-Unis, servant à la fois de pilier et d'aspiration sur le plan économique. Or, depuis le début de 2015, cette incarnation du rêve américain n'est plus majoritaire, selon une étude majeure rendue publique mercredi par le Centre de recherche Pew. Pourquoi?

Parce que les Américains sont plus riches

L'étude du Centre de recherche Pew définit comme faisant partie de la classe moyenne l'individu dont les revenus sont aujourd'hui compris entre 24 000 et 73 000$ par an (pour une famille de trois personnes, la fourchette se situe entre 42 000 et 126 000$). Or, le pourcentage d'Américains dont les revenus dépassent ceux de la classe moyenne atteint désormais 21% de la population. En 1971, le même groupe représentait 14% de la population. Au cours des 44 dernières années, il aura vu ses revenus augmenter de 47%, l'augmentation la plus importante de toutes les classes économiques américaines.

Parce que les Américains sont plus pauvres

L'étude confirme le problème des inégalités de revenu aux États-Unis. Certes, depuis 1971, le pourcentage d'Américains dont les revenus sont inférieurs à ceux de la classe moyenne a augmenté de façon moins prononcée que le pourcentage d'Américains gagnant plus que les membres de la classe moyenne. Ce pourcentage se situait à 25% en 1971. Il s'élève aujourd'hui à 29%. Mais cette augmentation a joué un rôle dans le rétrécissement de la classe moyenne américaine, un phénomène auquel tous les candidats à la présidence américaine promettent de s'attaquer, de Donald Trump à Bernie Sanders en passant par Hillary Clinton.

Parce que la Grande Récession a fait mal

Toutes les familles ont souffert de la Grande Récession (2007-2009), à l'exception des plus riches d'entre elles. Avant le début de la Grande Récession, la richesse médiane des familles de la classe moyenne était passée de 95 879$ en 1983 à 161 050$ en 2007, une augmentation de 68%. Mais la récession a éliminé ce gain presque entièrement. En 2010, la richesse médiane des familles de la classe moyenne s'élevait à environ 98 000$. Et elle n'avait pas bougé trois années plus tard, selon l'étude du Centre de recherche Pew. Le krach de l'immobilier explique en grande partie ce recul.

Parce que les Latinos ont perdu du terrain

Dans l'ensemble, les Blancs et les Noirs ont réalisé des progrès économiques au cours des quatre dernières décennies, selon l'étude du Centre de recherche Pew. Il n'en est cependant pas de même pour les Latinos. Leur surreprésentation parmi les adultes dont les revenus annuels sont inférieurs à ceux de la classe moyenne tient en bonne partie à l'augmentation de la population d'immigrés hispaniques à faibles revenus. Ceux-ci représentent aujourd'hui près de la moitié (49%) des adultes dont les revenus sont inférieurs à ceux de la classe moyenne. En 1970, ils représentaient seulement 29% du même groupe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer