Chicago: manifs après la bavure policière, le maire s'excuse

La ministre de la Justice a annoncé lundi... (PHOTO AP)

Agrandir

La ministre de la Justice a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête fédérale sur les pratiques de la police de Chicago.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Chicago

Des manifestants ont défilé mercredi à Chicago pour réclamer la démission du maire Rahm Emanuel malgré ses excuses après la mort d'un adolescent noir sous les balles d'un policier, un fait divers dont les images ont provoqué l'indignation aux États-Unis.

Les manifestants ont parcouru les rues du centre ville, défilant entre les voitures et improvisant des sit-ins pour appeler à la démission du maire et demander que justice soit faite pour Laquan McDonald, un adolescent noir abattu de 16 balles par un policier blanc en octobre 2014, selon des images de télévision.

«Ce qui s'est passé le 20 octobre 2014 n'aurait jamais dû arriver. L'encadrement et la direction de la police ainsi que les agences de contrôle ont échoué. Et il faut que cela change», a déclaré le maire de Chicago, Rahm Emanuel, lors d'un conseil municipal mercredi.

«J'assume la responsabilité de ce qui s'est passé car je suis en charge de ce département», a ajouté cet ancien secrétaire général de la Maison-Blanche sous Barack Obama. «Si nous voulons aussi panser nos plaies, il faut d'abord que je fasse le premier pas. Et (cela passe par dire) "Je suis désolé".»

La ministre de la Justice Loretta Lynch a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête fédérale sur les pratiques de la police de Chicago. Une annonce retentissante qui intervient dans un contexte tendu, après la première diffusion, le 24 novembre, des images de la mort de Laquan McDonald plus d'un an après les faits.

Le président Barack Obama, qui a des attaches fortes avec cette ville, s'est dit «profondément choqué». Et Rahm Emanuel a limogé le chef de la police de Chicago, Garry McCarthy.

La vidéo montre Jason Van Dyke, un policier blanc, ouvrant froidement le feu sur l'adolescent. Marchant au milieu de la chaussée, tenant dans sa main un objet, un couteau selon des sources policières, Laquan McDonald ne fait aucun geste menaçant à l'encontre des policiers qui veulent le contrôler.

Ces 18 derniers mois, des brutalités policières ayant coûté la vie à des Afro-Américains ont déclenché des protestations nationales, voire des émeutes comme à Ferguson ou à Baltimore.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer