Registre pour les musulmans: Donald Trump tente de se rétracter

Donald trump a assuré que ses propos avaient... (PHOTO ERIC SCHULTZ, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Donald trump a assuré que ses propos avaient été mal rapportés, mais s'est toutefois dit en faveur d'une surveillance accrue à la fois des réfugiés et de certaines mosquées.

PHOTO ERIC SCHULTZ, ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
WASHINGTON

Donald Trump a tenté, samedi, de revenir sur ses déclarations concernant la création d'un registre pour les musulmans aux États-Unis, une idée vivement dénoncée par les autres candidats à l'investiture républicaine.

L'ancien gouverneur de la Floride, Jeb Bush, a déclaré que cette proposition était « odieuse » alors que l'ex-sénateur floridien Marco Rubio a affirmé que cette mesure n'était pas nécessaire et qu'elle n'aurait pas le soutien des Américains.

De son côté, le sénateur du Texas Ted Cruz, qui a évité depuis le début de la campagne pour la nomination républicaine de critiquer publiquement M. Trump, a reconnu qu'il n'était pas un adepte des registres gouvernementaux de citoyens américains.

La première allusion au registre est survenue dans une entrevue de Donald Trump avec Yahoo News publiée jeudi. Interrogé sur la pertinence d'obliger les musulmans à s'inscrire dans une base de données ou à porter un insigne indiquant leur appartenance à l'islam, l'homme d'affaires avait répondu qu'il faudrait considérer toutes les options.

Pressé de questions à ce sujet par un reporter de NBC News jeudi soir, M. Trump avait indiqué qu'outre le registre, plusieurs autres systèmes de surveillance devraient être mis en place. Lorsque le journaliste lui avait demandé si c'était quelque chose que le milliardaire implanterait en tant que président des États-Unis, il avait répliqué par l'affirmative, avant de préciser que l'inscription des musulmans serait obligatoire.

Dans une interview accordée à Fox News vendredi soir, Donald Trump avait essayé de clarifier sa position, disant vouloir établir une liste de surveillance pour les réfugiés syriens que le président Barack Obama accueillerait aux États-Unis si les républicains ne l'arrêtaient pas.

Le favori de la course à l'investiture républicaine a de nouveau abordé la question durant un rassemblement en Alabama, samedi, assurant la foule que ses propos avaient été mal rapportés. Il s'est toutefois dit en faveur d'une surveillance accrue à la fois des réfugiés et de certaines mosquées.

Ben Carson, le neurochirurgien à la retraite qui talonne M. Trump dans les sondages, a pour sa part déclaré que les États-Unis devraient avoir une base de données contenant le nom de chaque étranger qui entre au pays, mais a rejeté l'idée de surveiller des citoyens américains en fonction de leur religion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer