Le Congrès renouvelle l'interdiction de fermer Guantánamo

Le Congrès américain a renouvelé mardi l'interdiction de... (PHOTO JIM WATSON, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le Congrès américain a renouvelé mardi l'interdiction de transférer aux États-Unis des détenus de la prison de Guantánamo, sur l'île de Cuba.

PHOTO JIM WATSON, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le Congrès américain, à majorité républicaine, a renouvelé mardi l'interdiction de transférer aux États-Unis des détenus de la prison de Guantanamo, sur l'île de Cuba, afin d'empêcher le président Barack Obama de fermer le centre de détention militaire.

Le Sénat a voté par 91 voix contre 3 en faveur de la grande loi sur la défense 2016, dans laquelle est réinscrite l'interdiction faite au Pentagone d'utiliser des fonds pour transférer sur le sol américain des détenus de la prison, jusqu'au 31 décembre 2016. La Chambre des représentants l'avait adoptée la semaine dernière par 370 contre 58.

Une première version de la loi avait été adoptée en octobre mais Barack Obama y avait opposé son veto, à cause d'un différend sur l'enveloppe budgétaire, et également à cause des restrictions sur Guantanamo.

Mais cette fois, la Maison-Blanche a confirmé mardi que Barack Obama promulguerait la loi, le Congrès disposant de la majorité de deux tiers nécessaire pour surmonter un veto.

Les transfèrements aux États-Unis ont été interdits par le Congrès en 2011, empêchant de fait le président américain de tenir sa promesse de fermer la prison militaire créée en 2002 et dans laquelle 112 prisonniers de la «guerre contre le terrorisme» de l'après 11-Septembre se trouvent encore.

Mais l'exécutif prépare ouvertement un plan pour transférer aux États-Unis les 59 détenus considérés comme les plus dangereux (les 53 autres étant classés comme transférables à l'étranger). Plusieurs prisons pour les accueillir sont à l'étude, en Caroline du Sud, dans le Kansas et le Colorado. Le Pentagone doit rendre public très prochainement un rapport à ce sujet.

Une telle décision se ferait en défiance totale du Congrès, et les républicains majoritaires dénoncent depuis plusieurs semaines un acte qui serait illégal.

«S'il persiste, ce serait de façon flagrante anticonstitutionnel, bafouant les lois votées par le Congrès», a déclaré le républicain Michael McCaul, président de la commission de la Sécurité intérieure de la Chambre des représentants.

«Le Sénat a adopté de nombreuses fois depuis des années cette interdiction, soutenue par des membres des deux partis», a rappelé Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine du Sénat.

Les élus des États où est envisagée la future prison pour enfermer les détenus de Guantanamo sont particulièrement furieux, disant craindre que le lieu devienne une cible d'attaques.

Le quasi-consensus de mardi sur la loi de défense s'explique aussi par le fait que la loi autorise l'ensemble des activités de la défense pour l'année budgétaire 2016, soit 620 milliards de dollars jusqu'au 30 septembre 2016, un texte monumental qui définit tout, des programmes d'armement à une aide militaire supplémentaire à l'Ukraine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer