Un train transportant du pétrole déraille au Wisconsin

Des ouvriers s'affairaient, lundi, à remettre sur les rails une douzaine de... (PHOTO AP)

Agrandir

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
WATERTOWN, Wisconsin

Des ouvriers s'affairaient, lundi, à remettre sur les rails une douzaine de wagons d'un train du Canadien Pacifique (CP) dont le déraillement a entraîné le déversement de milliers de litres de pétrole brut et forcé l'évacuation d'un quartier entier à Watertown, une petite ville du Wisconsin.

Les résidants chassés de leurs demeures à la suite de l'accident survenu dimanche après-midi ne pouvaient toujours pas retourner chez eux, lundi, alors que 12 des 13 wagons renversés étaient déplacés vers une voie ferrée temporaire. Le convoi comprenait un total de 110 wagons, dont 109 transportaient du pétrole brut, ont indiqué les autorités.

Le porte-parole du CP, Andrew Cummings, a précisé que les équipes procédaient aussi au démantèlement du wagon perforé à l'origine du déversement de quelque 3800 litres. Selon la compagnie ferroviaire, le trou a été bouché, le pétrole contenu et retiré, et pas une goutte n'est tombée dans les cours d'eau de la région.

C'est la deuxième fois en autant de jours qu'un train de marchandises quitte les rails au Wisconsin.

Samedi, 25 wagons d'un convoi de la société américaine BNSF avaient déraillé, répandant plus de 68 000 litres d'éthanol sur les rives du fleuve Mississippi dans l'ouest de l'État.

BNSF a annoncé que ses employés avaient colmaté les fuites de cinq wagons-citernes et déployé des barrages flottants le long du rivage. Personne n'a été blessé et le service sur la ligne ferroviaire devait reprendre lundi.

Le responsable régional de l'administration fédérale des chemins de fer, Steven Illich, a déclaré que le déraillement à Watertown était probablement accidentel.

«Rien n'indique qu'il s'agit d'un acte criminel. Toutefois, nous n'écartons aucune hypothèse tant que nous n'aurons pas eu la chance de mener une enquête complète», a-t-il affirmé.

M. Illich a ajouté que les enquêteurs examineraient plusieurs éléments importants.

«Des tests métallurgiques seront effectués non seulement sur la voie, mais aussi sur les roues des wagons», a-t-il expliqué.

Le chef du service d'incendie de Watertown, Gregory Michalek, a annoncé que les habitants des 35 résidences évacuées ne pourraient rentrer à la maison qu'une fois le nettoyage terminé. Ils sont brièvement retournés à leur domicile dimanche en compagnie de policiers afin de récupérer leurs animaux domestiques et d'emporter des vêtements ainsi que d'autres effets personnels.

Les autorités réévalueront la situation lundi soir et décideront si l'ordre d'évacuation peut être levé, a précisé M. Michalek.

Dans un communiqué, CP a affirmé avoir réservé des chambres d'hôtel pour toutes les familles touchées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer