Certains détenus de Guantanamo pourraient être transférés au Colorado

La prison Supermax à Florence, au Colorado, surnommée... (Photo Brennan Linsley, AP)

Agrandir

La prison Supermax à Florence, au Colorado, surnommée l'« Alcatraz des Rocheuses », abrite des condamnés pour terrorisme, incluant le « Unabomber » Ted Kaczynski et Zacarias Moussaoui, l'un des conspirateurs des attentats du 11 septembre 2001.

Photo Brennan Linsley, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lolita C. Baldor, Kathleen Hennessey
Associated Press
Washington

La proposition du Pentagone détaillant les efforts gelés de longue date pour fermer la prison américaine de Guantanamo, à Cuba, attendue dans la prochaine semaine, laisse entendre que des détenus qui seraient jugés trop dangereux pourraient être transférés au centre correctionnel Centennial au Colorado, ont indiqué des responsables américains.

Le plan s'assimile à un effort ultime de l'administration Obama pour convaincre ses rivaux au Congrès que les détenus dangereux qui ne peuvent pas être transférés de manière sécuritaire dans d'autres pays devraient être installés dans une prison en sol américain.

Selon des responsables de l'administration, aucune préférence ou hiérarchisation n'est fait parmi sept établissements possibles aux États-Unis.

Mais la proposition identifie des centres de détention au Colorado, en Caroline du Sud et au Kansas, ayant fait l'objet d'un examen par une équipe du Pentagone ces derniers mois.

« Unabomber »

Tout choix d'un établissement nécessiterait l'approbation du Congrès, ce qui est loin d'être acquis. Néanmoins, les détenus dangereux ne sont pas étrangers à l'État du Colorado. La prison Supermax à Florence, au Colorado, qui a été surnommée l'« Alcatraz des Rocheuses », abrite déjà des condamnés pour terrorisme, incluant le « Unabomber » Ted Kaczynski, et Zacarias Moussaoui, l'un des conspirateurs des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.

La prison de Guantanamo compte actuellement 112 détenus, et 53 sont admissibles à un transfert. Les autres font soit face à un procès devant une commission militaire, ou alors le gouvernement a déterminé qu'ils étaient trop dangereux pour être libérés même s'ils n'ont fait l'objet d'aucune accusation.

Alors que le président Barack Obama entre dans sa dernière année en fonction, cet effort vise à respecter sa promesse de fermer le centre de détention de Guantanamo, à Cuba.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer