Washington parlera à la Corée du Nord si elle renonce au nucléaire

Le président des États-Unis, Barack Obama... (Photothèque Associated Press)

Agrandir

Le président des États-Unis, Barack Obama

Photothèque Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le président américain Barack Obama a affirmé vendredi que les États-Unis étaient prêts à engager le dialogue avec la Corée du Nord si elle renonçait à l'arme nucléaire.

« Nous sommes prêts (...) à engager le dialogue avec les pays avec lesquels nous avons eu une histoire conflictuelle, mais Kim Jong-Un (numéro un du régime nord-coréen, NDLR) doit comprendre qu'il ne pourra pas réussir de développement économique tant qu'il aura son regard tourné vers les armes nucléaires », a déclaré M. Obama.

M. Obama s'exprimait à la Maison-Blanche lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue sud-coréenne Park Geun-Hye.

« Le programme de missiles de Kim Jong-Un n'est parvenu à rien sauf à renforcer l'isolement de la Corée du Nord », a estimé M. Obama.

« Si la Corée du Nord montre une vraie volonté, nous étendrons notre coopération au Nord », a affirmé pour sa part la présidente sud-coréenne.

Violations de droits de l'homme

Kim Jong-Un « doit respecter ses obligations de manière pacifique, et compte tenu de l'affreux traitement que le gouvernement (nord-coréen) réserve à (son) peuple, nos deux pays continueront à exposer publiquement les abus et appelleront à ce que les auteurs des violations de droits de l'homme rendent des comptes », a insisté M. Obama.

L'alliance entre les États-Unis et la Corée du Sud est à cet égard un « élément central de paix et de sécurité » dans la région et la péninsule coréenne, a ajouté M. Obama.

« La présidente Park et moi réaffirmons aujourd'hui que nos pays n'accepteront jamais que la Corée du Nord devienne un État doté de l'arme nucléaire », a-t-il dit.

Présidant une grande parade de ses troupes le 10 octobre, Kim Jong-Un avait assuré que la Corée du Nord est prête à faire face à toute menace des États-Unis.

Pyongyang a mené trois essais nucléaires, en octobre 2006, mai 2009 et février 2013, et menacé d'en conduire un quatrième dans le cadre d'un programme d'armes nucléaires et de missiles que le pays a poursuivi malgré des sanctions internationales.

Une étude publiée par l'Institute for Science and International Security, basé aux États-Unis, a estimé que la Corée du Nord disposait de 10 à 16 armes nucléaires fin 2014.

Le président américain a aussi dit être favorable à une initiative de paix et de coopération proposée par Mme Park entre les États-Unis, la Corée du Nord, la Corée du Sud, le Japon, la Chine, la Russie et la Mongolie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer