Pourquoi les républicains préfèrent-ils Donald Trump?

Quatre mois après son entrée en campagne, Donald... (PHOTO MANDEL NGAN, AFP)

Agrandir

Quatre mois après son entrée en campagne, Donald Trump, 69 ans, est le candidat préféré d'environ un républicain sur quatre. Près de 5000 personnes l'ont acclamé mercredi dans une salle d'exposition du circuit de course automobile de Richmond, en Virginie.

PHOTO MANDEL NGAN, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ivan Couronne
Agence France-Presse
RICHMOND, Virginie

L'engouement pour le milliardaire américain Donald Trump, en tête de la course républicaine à la Maison-Blanche, n'est plus une passade. Pourquoi ses partisans l'admirent-ils? Beaucoup citent sa réussite personnelle, son indépendance, son populisme... et son mépris des convenances politiques.

Quatre mois après son entrée en campagne, Donald Trump, 69 ans, est le candidat préféré d'environ un républicain sur quatre. Près de 5000 personnes l'ont acclamé mercredi dans une salle d'exposition du circuit de course automobile de Richmond, en Virginie.

Réussite en affaires

Donald Trump n'est jamais tant acclamé que lorsqu'il énumère ses succès personnels, dans les sondages ou ses affaires. «Voilà le genre d'état d'esprit dont ce pays a besoin!» a-t-il lancé mercredi, en pointant son index sur la tempe.

Automatiquement, le mot «businessman» revient sur les lèvres des militants, comme un gage de compétence.

«Notre pays a atteint un moment charnière, nous dépensons plus d'argent que ce qui rentre, on a besoin d'un homme d'affaires», explique Terri Brennan, agent immobilier de 50 ans, arrivée parmi les premiers pour voir le candidat.

Beaucoup comparent le pouvoir à la gestion d'une entreprise : il faut savoir négocier, décider, tenir tête aux concurrents. Ils sont sûrs que Donald Trump saura mieux «gérer» Vladimir Poutine que Barack Obama.

Et qu'importe s'il ne connaît pas les noms de tel ou tel dirigeant étranger.

«Il n'est pas arrivé là où il en est en étant un grand solitaire, il sait s'entourer de gens bons», dit Alice Butler-Short, 72 ans, une Irlandaise naturalisée américaine, qui porte des chaussures aux couleurs du drapeau américain.

Indépendance

Donald Trump, plusieurs fois milliardaire, n'est «contrôlé par personne», a-t-il promis.

Ses partisans soulignent qu'il ne doit rien à personne, qu'il n'a pas de lobbyistes à qui renvoyer l'ascenseur. Alors que pour ses rivaux, la politique «est un job», dit avec mépris Terri Brennan.

«C'est un homme d'État», dit-elle. Elle le compare aux pères fondateurs qui mirent leurs carrières entre parenthèses au nom de l'intérêt général.

Il est de facto très crédible sur le sujet de la collusion entre donateurs et élus. Il dit autofinancer sa candidature. Lui-même a arrosé dans le passé la classe politique, démocrates comme républicains. Avec gourmandise, il raconte les audiences et les chèques qu'il accordait à des candidats débordant de reconnaissance.

Peut-être est-il candidat pour se faire de la publicité? Après tout, son empire immobilier repose en partie sur le prestige de la marque Trump.

«Oh, je vous en prie, il n'a pas besoin de publicité. Si j'avais dix milliards, est-ce que j'aurais besoin de publicité?» balaie Alice Butler-Short.

Les Américains d'abord

Les partisans connaissent les grandes lignes du programme Trump : «Redonner à l'Amérique sa grandeur» (son slogan), renvoyer les clandestins dans leur pays, gagner la guerre commerciale avec la Chine et le Japon, baisser les impôts...

«Nous n'avons plus de frontières», a-t-il déploré mercredi, en promettant de construire un mur anticlandestins entre le Mexique et les États-Unis.

Au coeur de son message : l'Amérique d'abord, après deux mandats Obama qui auraient, selon lui, affaibli le statut des États-Unis dans le monde.

«Le président Obama penche trop du côté des pays étrangers», approuve Thomas Rosado, étudiant de 19 ans.

Chez les ultra-conservateurs du Tea Party, on estime que les États-Unis gaspillent trop d'argent hors des frontières. Une bénévole de l'équipe Trump locale, Annette Truelove, veut «qu'on s'occupe d'abord des gens ici. On devrait utiliser cet argent pour nos anciens combattants sans-abris, nos enfants sans-abris.»

Politiquement incorrect

Il y a enfin le style Trump, la provocation, la satisfaction de l'entendre dire tout haut ce que les gens penseraient tout bas. «Le politiquement correct est en train de nous détruire», assure Matthew Weiner, ancien de l'US Navy. Plusieurs reprennent l'expression de «majorité silencieuse» popularisée par Richard Nixon et reprise par le nabab.

Ses soutiens sont aussi indulgents avec lui qu'ils sont sévères avec le reste de la classe politique. Ils passent l'éponge sur son passé démocrate et ne s'inquiètent guère de le voir gaffer sur la scène internationale.

«Il sera un Ronald Reagan plus plus», veut croire Alice Butler-Short, fascinée par ce dynamiteur de bonnes manières. «Il a ce que les jeunes appellent le X-factor.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer