Le Congrès finance l'État fédéral jusqu'en décembre

Vue sur le Capitole - bâtiment qui sert... (PHOTO CAROLYN KASTER, AP)

Agrandir

Vue sur le Capitole - bâtiment qui sert notamment de siège au Congrès - dont le dôme est recouvert d'un échafaudage, à Washington, le 30 septembre.

PHOTO CAROLYN KASTER, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

L'instabilité budgétaire américaine continue. A la veille de la nouvelle année budgétaire, le Congrès a financé l'État fédéral pour seulement 72 jours, la majorité républicaine et la minorité démocrate étant incapables de trouver un compromis durable sur les dépenses publiques.

Le Sénat puis la Chambre des représentants, chacun dominé par les républicains, ont adopté une mesure finançant l'État fédéral jusqu'au 11 décembre à crédits constants, à temps pour que l'année budgétaire 2016 commence normalement jeudi, le 1er octobre.

«On dirait que les républicains vont éviter de justesse de fermer l'État fédéral pour la deuxième fois en deux ans», a grincé Barack Obama. «La barre est basse (...) mais on se réjouit de ce qu'on peut».

De nombreux républicains se sont opposés, qui souhaitaient des mesures de rétorsion financière contre le réseau de planification familiale Planned Parenthood, forçant la majorité à se reposer sur l'apport des voix démocrates.

Un doute avait subsisté jusqu'à vendredi dernier sur la capacité du Congrès à adopter avant jeudi les crédits sans lesquels l'État fédéral ne peut légalement fonctionner, au risque de mettre en congés forcés des centaines de milliers de fonctionnaires. Les Américains appellent cette paralysie budgétaire le «shutdown» (fermeture).

Les conservateurs faisaient pression sur le président de la Chambre, John Boehner, pour empêcher le vote d'une loi de finances qui continuerait à financer Planned Parenthood.

Mais John Boehner a annoncé vendredi sa démission le 30 octobre, et qu'il passerait outre aux objections de sa majorité pour faire adopter la loi de finances, avec l'appui des démocrates.

Le «shutdown» d'octobre 2013, provoqué sous pression des élus du Tea Party, a laissé des traces dans le parti républicain, et ses chefs se sont engagés à ne pas répéter l'expérience.

«Nous devons arrêter de vaciller d'une crise budgétaire à une autre», a dit le républicain Charlie Dent. «Ce n'est pas une façon de gouverner», s'est lamentée la démocrate Rosa DeLauro.

Les Américains sont d'accord: 69% s'opposent à une fermeture des administrations fédérales pour protester contre Planned Parenthood, selon un sondage Quinnipiac paru lundi.

La solution budgétaire trouvée n'est que temporaire et laisse planer le risque d'un affrontement en décembre, quand le Congrès devra voter des deniers pour le reste de l'année.

Des négociations vont commencer pour aller plus loin et résoudre le différend de long terme qui oppose républicains et démocrates sur le niveau des dépenses publiques.

Depuis 2011, des plafonds annuels stricts en dollars encadrent les budgets de défense et non-défense: les républicains voudraient faire sauter le verrou qui bride les dépenses militaires mais pas celui concernant le reste du budget. Les démocrates, eux, ne veulent pas privilégier le Pentagone au détriment du reste des politiques gouvernementales.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer