La Californie s'apprête à légaliser l'euthanasie

La loi a largement été influencée par le... (PHOTO AP)

Agrandir

La loi a largement été influencée par le suicide il y a près d'un an de Brittany Maynard, une californienne de 29 ans atteinte d'un cancer du cerveau fulgurant et très douloureux.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

La Californie s'apprête à devenir le cinquième État américain autorisant l'euthanasie, avec une loi controversée mais qui bénéficie de l'émotion causée en Amérique par le suicide d'une jeune femme atteinte d'un cancer incurable.

Cette loi «permet aux malades en phase terminale de demander à un médecin de leur prescrire des médicaments pour les aider à mourir», selon un communiqué mercredi sur la page de la parlementaire Susan Talamantes Eggman, l'une des députés à l'origine du texte.

Elle a été adoptée à 43 votes contre 34 par la Chambre des représentants de Californie. Un premier projet de loi avait été rejeté lors d'un vote en juillet.

Le texte devrait à présent être adopté sans difficulté d'ici la fin de la semaine par le Sénat californien qui avait déjà «adopté un projet de loi similaire en juin», a commenté Monica Schmalenberger, assistante parlementaire, interrogée par l'AFP.

Le gouverneur Jerry Brown doit ensuite ratifier la loi pour qu'elle devienne effective et Mme Schmalenberger «se dit aussi optimiste» sur le fait qu'il va acter loi.

Seuls cinq États américains autorisent à présent l'euthanasie: l'Oregon, l'État de Washington, le Montana, le Nouveau Mexique et le Vermont.

Une vingtaine d'États ont proposé des projets de loi similaires cette année mais aucun n'a été adopté car le sujet est encore polémique dans ce pays très religieux.

«Le vote de l'Assemblée reflète le soutien massif des Californiens pour le droit des malades en phase terminale de décider de mourir en paix et sans douleur», a commenté Lois Wolk, député démocrate et l'un de ceux qui ont initié la loi.

La loi a largement été influencée par le suicide il y a près d'un an de Brittany Maynard, une californienne de 29 ans atteinte d'un cancer du cerveau fulgurant et très douloureux.

«Brittany Maynard a eu une grande influence, elle a galvanisé le mouvement» en faveur de la légalisation du suicide assisté, selon Mme Schmalenberger.

«Son histoire a amené le public à prendre conscience du problème comme il ne l'avait jamais fait auparavant, le fait qu'elle soit aussi ouverte sur sa décision de déménager dans l'Oregon pour profiter de la loi» l'autorisant à recevoir des médicaments pour mettre fin à ses jours a été «très important».

Brittany Maynard avait annoncé dans une vidéo qui a fait le tour d'internet qu'elle allait mettre fin à ses jours, expliquant son calvaire et sa décision de mourir quand elle a appris le diagnostic sans appel alors qu'elle venait tout juste de se marier.

Elle avait dû déménager dans l'Oregon pour pouvoir avoir accès aux médicaments nécessaires pour mourir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer