Des drones policiers équipés de gaz lacrymogène légalisés

La police américaine utilise déjà des drones. Sur... (Photo archives AP)

Agrandir

La police américaine utilise déjà des drones. Sur notre photo, un drone servant aux opérations de secours en Californie.

Photo archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LOS ANGELES

Des drones équipés de gaz lacrymogène, tasers ou balles en caoutchouc pour disperser des manifestations ou des émeutes? Ce n'est plus forcément de la science-fiction dans le Dakota du nord.

Cet État frontalier du Canada a adopté une loi qui vient d'entrer en vigueur et qui légalise de facto l'utilisation par la police de drones équipés d'armes non mortelles.

«J'ai proposé une loi pour exiger un mandat judiciaire afin que la police ait le droit d'utiliser des drones à des fins de surveillance des citoyens», a expliqué à l'AFP le parlementaire républicain Rick Becker du Dakota du nord.

L'élu voulait aussi initialement que sa proposition de loi 1328 interdise toutes sortes d'armes sur les drones. Jusqu'à ce que le lobby policier s'en mêle.

Kim Koppelman, un autre républicain et membre de la commission Justice du parlement de l'État, raconte qu'un représentant des forces de l'ordre, Bruce Burkett, a soumis un amendement demandant à ce que seules les armes létales soient interdites.

L'utilisation des drones se généralise à grande vitesse dans de nombreux aspects de la vie quotidienne aux Etats-Unis: loisirs, industrie du film, distribution, police...

Face au vide juridique entourant leur utilisation, le Dakota du nord a opté pour un compromis et la loi a été adoptée.

Pour autant, les drones équipés de gaz lacrymogènes ou de tasers vont-ils rapidement venir s'ajouter à un arsenal policier déjà critiqué comme beaucoup trop lourd et militarisé aux Etats-Unis?

«Je n'ai aucune connaissance» de projets d'équiper la police du Dakota du nord de drones armés, souligne Rick Becker.

Des représentants des forces de police de l'État n'ont pas répondu aux sollicitations de l'AFP à ce sujet.

Le Dakota du nord est maintenant montré du doigt comme l'État qui a ouvert la boîte de Pandore mais Rick Becker fait remarquer que «c'est déjà légal» d'armer des drones dans d'autres États.

Dans d'autres États, «leur police peut mettre des mitraillettes sur des drones, pas celle du Dakota du nord», insiste Kim Koppelman.

Becker reste opposé à «toutes sortes d'armes sur des drones» et a l'intention de proposer en 2017, lors de la prochaine législature du Dakota du nord, «une nouvelle loi pour interdire tout armement», même non mortel, sur les drones.

D'autant qu'un porte-parole de l'autorité fédérale de l'aviation (FAA) rappelle que «d'une manière générale, la réglementation fédérale de l'aviation interdit de lâcher depuis un avion tout ce qui pourrait blesser des gens ou faire des dégâts sur des propriétés».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer