L'armée ouvre aux femmes sa formation d'élite des Rangers

L'administration Obama a décidé en 2013 que tous... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

L'administration Obama a décidé en 2013 que tous les postes militaires devraient être ouverts aux femmes à partir de 2016, y compris dans l'infanterie, l'artillerie, les blindés ou les forces spéciales.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

L'armée de terre américaine a décidé mercredi d'ouvrir aux femmes sa formation d'élite des Rangers, augurant de l'ouverture prochaine de l'ensemble des postes de combat aux différentes recrues.

«Nous devons nous assurer que cette formation est ouverte à tous les soldats qui sont qualifiés et capables», quel que soit leur sexe, a expliqué le secrétaire à l'armée de terre John McHugh.

La formation a déjà été ouverte à titre expérimental aux femmes pour une seule promotion, en avril dernier. Deux jeunes femmes, sur les 19 à l'avoir tentée, l'ont réussie.

Elles ont prouvé à tous les sceptiques, notamment au sein de la communauté des Rangers, que des femmes pouvaient accomplir ce parcours d'au moins 61 jours d'entraînement physiquement très difficile, sur fond de manque de sommeil et de nourriture.

Elles ont reçu leur insigne le 21 août, dans une cérémonie à Fort Benning, en Georgie.

De nombreux officiers supérieurs de l'armée de terre américaine ont l'insigne de Ranger. Le fait que les femmes ne pouvaient pas avoir accès à cette formation leur barrait de facto l'accès à bon nombre de postes de commandement.

L'administration Obama a décidé en 2013 que tous les postes militaires devraient être ouverts aux femmes à partir de 2016, y compris dans l'infanterie, l'artillerie, les blindés ou les forces spéciales.

Les différentes forces armées américaines peuvent toutefois demander des exemptions à ce principe, à conditions qu'elles soient dûment justifiées par des contraintes opérationnelles.

La décision finale sur les postes qui pourront rester fermés aux femmes doit être prise par le secrétaire à la Défense Ashton Carter en janvier 2016.

Les grands chefs militaires semblent pencher pour une ouverture totale ou quasi-totale aux femmes, à condition qu'elles aient les capacités physiques exigées pour les hommes.

L'amiral Greenert, chef d'état-major sortant de la Marine, s'est prononcé par exemple pour l'ouverture aux femmes des postes des Navy Seals, les prestigieuses forces spéciales de la Marine qui ont mené à bien le raid contre Oussama Ben Laden.

Le responsable civil de la Marine, le secrétaire Ray Mabus, s'est prononcé également pour l'ouverture aux femmes de l'infanterie des Marines, le corps expéditionnaire américain: «Je ne vois pas de raison pour une exemption», a-t-il dit dans une interview mardi au quotidien Navy Times.

Pour désarmer les opposants à l'ouverture de tous les postes aux femmes, le Pentagone répète qu'il n'est pas question d'abaisser les normes physiques exigées pour les combattants.

«Toutes conditions d'accès pour la formation des Rangers restent valable, y compris les normes d'aptitude médicale», a souligné l'armée de terre dans son communiqué.

«Ce qui importe le plus est qui est qualifié, et qui peut remplir» les normes physiques exigées, avait souligné mardi Ashton Carter, qui s'exprimait depuis le Pentagone devant les troupes américaines dans le monde entier.

«Je veux puiser dans le réservoir le plus large possible pour dessiner la force du futur, et cela inclut la moitié de la population, les femmes», a-t-il souligné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer