Journalistes tués en direct: le meurtrier «embêtait» ses collègues

« Je ne pense pas que nous avions détecté... (Photo Stephanie Klein-Davis, The Roanoke Times via AP)

Agrandir

« Je ne pense pas que nous avions détecté qu'il souffrait de problèmes mentaux. Mais nous avions certainement identifié des problèmes avec son travail », a dit Jeff Marks, directeur général de la chaîne WDBJ7, lors d'une conférence de presse, jeudi, à Roanoke, en Virginie.

Photo Stephanie Klein-Davis, The Roanoke Times via AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ROANOKE

Le journaliste qui a tué deux anciens confrères en direct à la télévision mercredi « embêtait » ses collègues mais son attitude au travail ne laissait pas présager le drame à venir, a dit son ancien patron jeudi.

Vester Lee Flanagan, 41 ans, avait travaillé comme reporter pour la chaîne de télévision locale WDBJ7 de mars 2012 à février 2013, mais il avait été renvoyé en raison de son comportement colérique et parce que son travail ne donnait pas satisfaction.

« Nous avons encore du mal à comprendre ce qui lui est arrivé durant les deux ans et demi » écoulés depuis qu'il a quitté la chaîne, a dit son directeur général Jeffrey Marks lors d'une conférence de presse, entouré de dizaines d'employés de WDBJ7 se tenant la main.

« Je ne pense pas que nous avions détecté qu'il souffrait de problèmes mentaux. Mais nous avions certainement identifié des problèmes avec son travail », a-t-il ajouté.

M. Marks a souligné que la maison mère de la chaîne avait « un programme très élaboré pour filtrer ses employés » avant leur embauche. Ainsi, Vester Flanagan avait subi un contrôle de ses antécédents, dont il n'était sorti que des choses positives, a noté M. Marks.

Ce n'est qu'après son embauche que les choses ont commencé à déraper.

« Le comportement de Vester embêtait beaucoup de gens dans la rédaction », a rapporté Jeffrey Marks.

Flanagan, qui travaillait sous le pseudonyme de Bryce Williams, était noir et homosexuel. Après la tuerie, il a affirmé dans un manifeste assez décousu envoyé à la chaîne ABC News qu'il avait été discriminé en raison de sa couleur de peau et de son orientation sexuelle.

Mais M. Marks a tenu à préciser que les accusations portées par Flanagan avaient fait l'objet d'une enquête immédiate qui n'avait rien confirmé.

Le tueur avait accepté d'être aidé médicalement pendant qu'il travaillait pour WDBJ7 mais il a malgré tout fini par être congédié. Il avait été escorté jusqu'à la sortie du bâtiment par la police et avait menacé ostensiblement son rédacteur en chef, lui tendant une croix de bois en lui disant : « Tu auras besoin de ça! », a encore rapporté M. Marks.

En partant, il avait aussi fait un « commentaire désobligeant » à Adam Ward, le caméraman qu'il a tué mercredi.

Flanagan avait ensuite tenté de poursuivre la chaîne devant les tribunaux mais son action avait été déboutée.

« Toutes les enquêtes ont montré qu'aucune personne raisonnable n'aurait pris les incidents qu'il avait rapportés comme une discrimination ou du harcèlement », a conclu M. Marks.

Vester Flanagan a tué la journaliste Alison Parker, 24 ans, et son caméraman Adam Ward, 27 ans, alors qu'ils intervenaient en direct dans le cadre d'une émission matinale. Flanagan a lui-même filmé la tuerie avant d'en poster des extraits sur les réseaux sociaux. Poursuivi par la police, il s'est suicidé quelques heures plus tard.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer