Un policier congédié après avoir abattu un jeune Noir au Texas

Brad Miller, un policier de 49 ans qui... (Photo AP)

Agrandir

Brad Miller, un policier de 49 ans qui n'avait pas fini sa formation sur le terrain, a tiré vendredi sur Christian Taylor (sur le portrait figurant dans la photo), joueur vedette de l'équipe de football américain de son université.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le policier blanc qui a abattu un étudiant noir de 19 ans non armé vendredi au Texas a été licencié pour avoir fait preuve «de mauvais jugement», a indiqué mardi le chef de la police locale.

Brad Miller, un policier de 49 ans qui n'avait pas fini sa formation sur le terrain, a tiré vendredi sur Christian Taylor, joueur vedette de l'équipe de football américain de son université, Angelo State, qui avait foncé avec sa voiture dans la vitrine d'un concessionnaire automobile.

Plusieurs exemples de «mauvais jugement» ont été évoqués lors d'une conférence de presse par Will Johnson, le chef de la police d'Arlington, dans la banlieue de Dallas, qui a expliqué avoir pris la décision de limoger le policier après une réunion avec les enquêteurs et en raison d'éléments «troublants», rapporte le Dallas Morning News.

«Des décisions ont été prises qui ont (eu) une conséquence catastrophique», a expliqué M. Johnson, qualifiant l'affaire d'«extraordinairement difficile».

Selon lui, l'agent Miller «pensait se trouver seul» avec Christian Taylor chez le concessionnaire lorsqu'il a sorti son arme. Or, le policier en charge de sa formation, le caporal Wiggins, se trouvait juste derrière lui.

«(Christian) Taylor se trouvait à deux ou trois mètres de (Brad) Miller lorsque les coups de feu ont été tirés», a expliqué Will Johnson.

La décision du policier «d'y aller seul, sans plan ni officiers ayant établi un périmètre (de sécurité) n'était pas une bonne stratégie», a-t-il encore relevé.

La police fédérale américaine (FBI), qui participe à l'enquête, «agira en conséquence s'il est avéré qu'il y a eu violation des droits civiques», a assuré le chef de la police.

Le fait que le policier était encore en cours de formation au moment des faits ne lui permet pas de faire appel de son licenciement, précise le Dallas Morning News.

Il s'agit de la dernière d'une longue série d'affaires dans lesquelles de jeunes noirs non armés sont abattus par des policiers aux États-Unis. Elle est intervenue deux jours avant le premier anniversaire de la mort à 18 ans de Michael Brown à Ferguson, dans le Missouri (centre), qui a encore provoqué des violences durant le week-end.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer