Légionellose à New York: le bilan s'alourdit à 12 morts

La maladie du légionnaire est une forme de... (Photo Seth Wenig, AP)

Agrandir

La maladie du légionnaire est une forme de pneumonie due à une bactérie qui s'épanouit dans les circuits urbains de distribution d'eau chaude, les systèmes de climatisation et les lagunes industrielles.

Photo Seth Wenig, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Le bilan de la maladie du légionnaire s'est alourdi lundi à 12 morts à New York, mais le maire Bill de Blasio a déclaré que l'épidémie, la plus grave jamais enregistrée dans la ville, «continuait à s'essouffler».

Il a mentionné 113 personnes atteintes par cette forme de pneumonie, dont 76 ont selon lui quitté l'hôpital, et souligné qu'aucun nouveau cas n'avait démarré depuis une semaine dans le quartier du sud du Bronx où elle s'est déclarée.

Il s'est dit confiant quant à l'identification de la cause de la maladie, les tours de climatisation de plusieurs immeubles.

La mairie avait initialement évoqué cinq tours de climatisation infectées par la bactérie qui cause la maladie du légionnaire.

Lundi, le maire a cependant revu ce nombre à la hausse, évoquant 12 tours de climatisation infectées, sur les 39 recensées dans le quartier où s'est répandue l'épidémie.

Elles ont toutes été désinfectées, ou devaient l'être dans la journée, a ajouté M. de Blasio, qui a annoncé lundi des mesures pour réglementer ces tours de climatisation, avec notamment des inspections annuelles obligatoires, pour réduire le risque d'épidémie à l'avenir.

Le précédent bilan samedi faisait état de 108 malades et 10 morts.

La maladie du légionnaire est une forme de pneumonie due à une bactérie qui s'épanouit dans les circuits urbains de distribution d'eau chaude, les systèmes de climatisation et les lagunes industrielles.

L'infection résulte de l'inhalation de gouttelettes d'eau contaminées. La bactérie peut être dispersée dans l'air par la «brume» sortant des tours aéro-réfrigérantes.

Le maire a également rappelé lundi que la maladie n'était pas contagieuse, et se soignait avec des antibiotiques.

Les personnes décédées étaient toutes d'un certain âge et avaient des problèmes de santé, avaient précisé la semaine dernière les autorités.

L'infection, dont l'incubation dure de deux à dix jours, tient son nom de maladie du légionnaire de la première épidémie connue, survenue en 1976 dans un hôtel de Philadelphie où se tenait une conférence de l'American Legion, la principale association d'anciens combattants du pays. Plus de 220 participants étaient tombés malades et 34 étaient décédés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer