Une vingtaine d'incendies toujours incontrôlables en Californie

Sur ce terrain très escarpé et difficile d'accès,... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Sur ce terrain très escarpé et difficile d'accès, plus de 3200 pompiers étaient mobilisés, avec 301 engins au sols, 19 hélicoptères et quatre avions bombardiers d'eau. Les enquêteurs tentaient toujours de déterminer si le «Rocky Fire» avait une origine criminelle.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sara Puig
Agence France-Presse
Los Angeles

Plus de 10 000 pompiers luttaient toujours mardi contre une vingtaine d'incendies qui se sont déclarés en Californie, ravageant des hectares de terrains et entraînant l'évacuation de milliers de foyers dans cet Etat américain victime de la plus grave sécheresse de son histoire.

Mobilisés depuis plusieurs jours pour faire face à l'état d'urgence, les pompiers de toute la région, rejoints par les forces de la garde nationale de Californie et des moyens aériens venus du Colorado voisin, combattaient un nombre croissant d'incendies, passés à 24 mardi soir contre 21 lundi, a indiqué Daniel Berlant, porte-parole de l'organisme de prévention des feux en Californie (Calfire).

La Maison-Blanche suivait de près la situation, selon son porte-parole Josh Earnest, qui a chiffré à 27 le nombre d'incendies importants encore incontrôlés qui dévastent l'Ouest américain. Plus de 14 000 personnes au total tentent de maîtriser les flammes, et sont soutenues par 108 hélicoptères et 22 avions bombardier d'eau.

À Washington, où le Président Barack Obama suivait l'évolution des incendies en Californie et dans l'Ouest, Josh Earnest a salué le courage des pompiers «qui mettent leur vie, en danger pour protéger les citoyens américains «.

Compliquant la tâche, plusieurs sinistres sont en fait «constitués de dizaines et dizaines de plus petits brasiers», a expliqué Daniel Berlant.

En Californie, l'incendie le plus dévastateur, «le Rocky Fire», continuait de progresser et n'était circonscrit qu'à 12%: en sept jours, il a brûlé plus de 263 km2 de forêts et autres champs, soit 26 304 hectares ou plus de deux fois la superficie de Paris, selon Calfire.

Sur ce terrain très escarpé et difficile d'accès, plus de 3200 pompiers étaient mobilisés, avec 301 engins au sols, 19 hélicoptères et quatre avions bombardiers d'eau. Les enquêteurs tentaient toujours de déterminer si le «Rocky Fire» avait une origine criminelle.

Plus de 13 000 personnes ont été forcées d'évacuer leurs foyers en raison de cet incendie lundi. Le sinistre a détruit 50 bâtiments dont la moitié environ sont des habitations, selon Calfire.

L'épaisse fumée provoquée par l'incendie couvrait des kilomètres du nord de la Californie sur une image satellite publiée par l'organisme public chargé de surveiller l'atmosphère (NOAA). Les services des pompiers ont appelé les personnes souffrant de problèmes respiratoires et allergiques à rester à l'abri.

Foudre et sécheresse

La gravité de la situation et la mort d'un pompier jeudi ont poussé le gouverneur de l'État Jerry Brown à décréter l'état d'urgence. Les pompiers en congés ont été rappelés et tous les jours de repos suspendus, selon Daniel Berlant. Des troupes de la garde nationale de Californie et de celle du Colorado sont venues prêter main forte.

Les conditions sont particulièrement défavorables en Californie, avec un taux d'humidité inférieur à 10% et des températures estivales très élevées, tandis que l'État souffre d'une grave sécheresse depuis quatre ans.

«Nous constatons toujours les effets de la sécheresse puisque les feux de forêt démarrent plus facilement et qu'ils se répandent ensuite à une vitesse d'une rapidité historique», a souligné Daniel Berlant sur la chaîne MSNBC.

Les pompiers sont intervenus sur 4200 feux de forêt depuis le début de l'année, «soit environ 1500 de plus que la moyenne de l'année dernière sur la même période», selon un communiqué de Calfire.

En plus de la sécheresse, des orages secs, non accompagnés de pluie, ont généré des milliers d'éclairs la semaine dernière en Californie, déclenchant des centaines d'incendies épars.

Après une accalmie, la foudre «devrait revenir ces deux prochains jours encore dans le nord de la Californie», a mis en garde Daniel Berlant.

L'homme derrière 95% des sinistres

Parmi les incendies recensés en Californie, 95% sont causés par l'homme, que ce soit intentionné ou par des imprudences, parfois simplement par un appareil électrique, comme une tondeuse à gazon, qui produit des étincelles, selon Calfire.

D'origine humaine, le «Willow Fire» a entraîné l'évacuation de terrains de camping et d'habitations en dévorant plus de 23 km2 (2307 hectares) depuis le 25 juillet en Californie. Il était maitrisé à 80% mardi et les habitants ont été autorisés à rentrer chez eux.

Les incendies ravagent désormais deux fois plus d'hectares chaque année qu'il y a 40 ans, selon le Service national des forêts (USDA forest service), qui veille sur les 780 000 km2 de forêts et de prairies des États-Unis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer