Cincinnati: un policier blanc plaide non coupable du meurtre d'un automobiliste noir

Le policier, Ray Tensing, est apparu menotté et... (PHOTO JOHN MINCHILLO, AP)

Agrandir

Le policier, Ray Tensing, est apparu menotté et vêtu d'un habit de prisonnier à rayures durant une brève audience retransmise à la télévision nationale.

PHOTO JOHN MINCHILLO, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
CHICAGO

Un policier blanc a plaidé non coupable jeudi devant un tribunal de l'Ohio après avoir été inculpé de meurtre pour la mort d'un homme noir lors d'un banal contrôle routier, un acte qualifié d'«insensé» par le procureur.

Ray Tensing, 25 ans, a comparu menotté et vêtu d'un habit de prisonnier à rayures durant une brève audience retransmise à la télévision. Il risque la prison à vie.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

Le juge a fixé à un million de dollars la caution pour son éventuelle libération.

Policier sur le campus de l'université de Cincinnati, il est accusé d'avoir tué Sam DuBose, 43 ans, après l'avoir interpellé le 19 juillet en raison d'une plaque d'immatriculation manquante.

Les images de la caméra individuelle du policier ont révélé que, contrairement à ses premières déclarations, sa vie n'avait jamais été en danger.

La vidéo montre le policier s'approchant d'un véhicule. Alors que Ray Tensing lui réclame ses papiers, Sam DuBose demande pourquoi on l'a fait s'arrêter et explique avoir oublié son permis de conduire chez lui. Puis la voiture démarre.

En une fraction de seconde, un pistolet apparaît dans le champ de la caméra et ce qui ressemble à un coup de feu part, puis les images sautent pendant la course du policier derrière le véhicule qui va finir sur le bas-côté.

Deux policiers qui sont intervenus sur les lieux de l'incident, dont l'un avait indiqué avoir vu Ray Tensing être traîné par la voiture de la victime, ont été suspendus tout en maintenant leur salaire «en attendant les conclusions d'une enquête interne», a indiqué à l'AFP une porte-parole de l'université.

«Il n'avait pas affaire à quelqu'un qui était recherché pour meurtre --il avait affaire à quelqu'un qui avait une plaque d'immatriculation manquante», a déclaré mercredi à la presse Joseph Deters, procureur du comté de Hamilton.

«C'est, en langage fleuri, une interpellation assez pourrie. S'il commençait à partir en roulant, sérieusement, laissez-le partir. Vous n'avez pas à lui tirer dans la tête», a poursuivi le procureur qui a qualifié l'acte «d'insensé».

De graves émeutes avaient secoué Cincinnati en 2001 après la mort d'un jeune Noir non armé, tué par un policier blanc.

Mercredi soir, un rassemblement s'est déroulé dans le calme, des manifestants arborant des pancartes avec le slogan «Black lives matter» («la vie des Noirs compte»), en référence à mouvement dénonçant les violences policières.

Ce drame intervient dans un contexte de tensions raciales aux États-Unis, ravivées depuis un an par plusieurs bavures policières au cours desquelles des policiers blancs ont tué des hommes noirs non armés, entraînant des manifestations qui ont parfois dégénéré en émeutes et un vif débat sur la violence policière. En particulier, parce que la plupart des policiers n'ont pas été poursuivis.


Meurtre d'un automobiliste noir à Cincinnati... par lemondefr

La vidéo montre le policier s'approchant d'un véhicule. Alors que Ray Tensing lui réclame ses papiers, Sam DuBose demande pourquoi on l'a fait s'arrêter et explique avoir oublié son permis de conduire chez lui.

En une fraction de seconde, la voiture démarre, ce qui ressemble à un coup de feu part et un pistolet apparaît, puis les images sautent pendant la course du policier derrière le véhicule qui va finir sur le bas-côté.

«Il n'avait pas affaire à quelqu'un qui était recherché pour meurtre -il avait affaire à quelqu'un qui avait une plaque d'immatriculation manquante», a déclaré à la presse Joseph Deters, procureur du comté de Hamilton.

«C'est, en langage fleuri, une interpellation assez pourrie. S'il commençait à partir en roulant, sérieusement, laissez-le partir. Vous n'avez pas à lui tirer dans la tête», a poursuivi le procureur qui a qualifié l'acte «d'insensé».

De graves émeutes avaient secoué Cincinnati en 2001 après la mort d'un jeune Afro-Américain non armé, tué par un policier blanc.

Mercredi soir, un rassemblement s'est déroulé dans le calme, des manifestants arborant des pancartes avec le slogan «Black lives matter» («la vie des Noirs compte»), en référence à mouvement dénonçant les violences policières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer