Les États-Unis prêts à muscler leur coopération militaire avec Israël

Le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter... (PHOTO CAROLYN KASTER, AFP)

Agrandir

Le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter (à gauche) et son homologue israélien Moshé Yaalon, à Tel-Aviv, le 20 juillet.

PHOTO CAROLYN KASTER, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TEL-AVIV

Les États-Unis sont prêts à muscler leur coopération militaire avec Israël, a déclaré lundi le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter à Tel-Aviv, alors que l'État hébreu s'inquiète des conséquences pour sa sécurité de l'accord sur le nucléaire iranien.

«Nous avons parlé aujourd'hui d'un certain nombre de mesures destinées à renforcer notre sécurité mutuelle» comme la défense anti-missile, la planification militaire ou la sécurité informatique, a indiqué M. Carter lors d'une conférence de presse avec son homologue israélien, Moshé Yaalon.

«Nous pouvons en faire beaucoup plus» en matière de coopération militaire entre les deux pays, «c'est l'opinion des États-Unis», a-t-il ajouté.

Interrogé sur ce qu'Israël souhaitait obtenir de plus des États-Unis après l'accord sur le nucléaire iranien, M. Yaalon a renvoyé la réponse à «la fin de l'année», après une évaluation par son ministère des conséquences pour Israël de l'accord sur le nucléaire iranien.

«Nous devons faire un travail d'étude, en regardant avec beaucoup d'attention l'impact» de l'accord, a souligné le ministre.

«Nous pensons que l'Iran va renforcer ses capacités d'armement conventionnel» et que ses alliés comme le Hezbollah libanais ou le Hamas palestinien «vont avoir plus d'argent» à leur disposition, a-t-il souligné.

Alors que le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou n'a pas hésité à durcir le ton avec l'administration Obama, M. Yaalon a semblé plus conciliant: «Je voudrais (...) remercier les États-Unis, sous la direction du président Obama, pour être le plus grand ami d'Israël», a-t-il dit.

Ashton Carter a débuté lundi en Israël une tournée au Moyen-Orient, qui doit aussi l'amener en Arabie saoudite et en Jordanie, et vise à rassurer ces alliés traditionnels des États-Unis après l'accord avec l'Iran.

M. Nétanyahou a dénoncé lundi la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU entérinant l'accord, estimant que celui-ci «rapprochait de la guerre».

L'Iran va «recevoir des centaines de milliards de dollars» du fait de la levée des sanctions commerciales, «et déclare déjà ouvertement qu'il va utiliser cet argent pour financer et armer ses mouvements terroristes dans la région et à travers le monde», a-t-il déclaré devant le Parlement israélien.

Téhéran va aussi provoquer «une course à l'arme nucléaire» au Moyen-Orient, a affirmé M. Nétanyahou, qui doit s'entretenir mardi matin avec Ashton Carter.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer