La doyenne de l'humanité fête ses 116 ans

Lois Judge vient en aide à sa tante... (PHOTO RICHARD DREW, AP)

Agrandir

Lois Judge vient en aide à sa tante Susannah Mushatt Jones alors qu'elle prend son déjeuner.

PHOTO RICHARD DREW, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
NEW YORK

Elle était adolescente durant la Première Guerre mondiale et a connu trois siècles différents, l'Américaine Susannah Mushatt Jones est récemment devenue doyenne de l'humanité et fête lundi à New York son 116e anniversaire.

Le Livre Guinness des records a remis à Susannah... (PHOTO AFP / GUINNESS WORLD RECORDS) - image 1.0

Agrandir

Le Livre Guinness des records a remis à Susannah Mushatt Jones un certificat l'authentifiant comme la doyenne de l'humanité.

PHOTO AFP / GUINNESS WORLD RECORDS

Susannah Mushatt Jones, une afro-américaine née le 6 juillet 1899 dans l'Alabama, est devenue le 17 juin la doyenne de l'humanité, succédant à sa compatriote Jeralean Talley, décédée à l'âge de 116 ans.

Mme Jones organisera deux fêtes, l'une avec sa famille lundi, et une autre mardi dans le logement social de Brooklyn où elle réside, entourée d'amis, voisins et responsables.

Le Livre Guinness des records a publié à cette occasion une photo de la doyenne, posant dans une élégante robe noire à pois blancs.

Née dans une famille de dix enfants, dont le père travaillait dans une plantation de coton, Mme Jones avait été acceptée à l'université mais ses parents n'avaient pas les moyens de l'y envoyer.

Elle a donc quitté le sud des États-Unis pour le New Jersey en 1922, avant de devenir gouvernante à New York l'année suivante.

Le secret de sa longévité est «le sommeil», a-t-elle confié au Livre Guinness des records. Si elle a perdu la vue et entend difficilement, elle n'est pas pour autant alitée et «ne prend que deux médicaments par jour», peut-on lire sur le site du Livre Guinness des records.

En 2005, alors qu'elle célébrait son 106e anniversaire, elle avait confié à l'organisme public de gestion des logements sociaux de New York qu'elle n'avait «jamais bu, ni fumé».

«Je m'entoure d'amour et d'énergie positive, c'est la clé d'une longue et heureuse vie», avait-elle alors expliqué.

Le record de longévité pouvant être prouvé officiellement est toujours détenu par Jeanne Calment, la Française décédée en 1997 à 122 ans et 164 jours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer