Le mariage gai légalisé partout aux États-Unis

Un militant des droits des homosexuels manifeste devant... (PHOTO JACQUELYN MARTIN, AP)

Agrandir

Un militant des droits des homosexuels manifeste devant la Cour suprême, à Washington, le 26 juin.

PHOTO JACQUELYN MARTIN, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Chantal VALERY
Agence France-Presse
WASHINGTON

«L'Histoire a été écrite!» Dans une décision qualifiée de toutes parts d'historique, la Cour suprême des États-Unis a légalisé vendredi le mariage des homosexuels partout dans le pays.

La nouvelle a été accueillie dans une explosion de joie sur les marches du temple de la justice américaine. Partout, les drapeaux gais étaient agités et les comptes Twitter et Facebook de la Maison-Blanche arboraient les couleurs arc-en-ciel. Une chorale gaie de Washington a entonné un nouvel hymne national sur sa liberté de se marier.

«L'Histoire a été écrite, et vous en faites partie!», s'est félicitée la puissante Union américaine de défense des libertés (ACLU). «Ce moment a pris des décennies, c'est un jour incroyable pour la liberté et pour l'Amérique».

Le président Barack Obama s'est immédiatement réjoui de cette «grande étape dans notre marche vers l'égalité». «C'est une victoire pour l'Amérique», a-t-il déclaré depuis les jardins de la Maison-Blanche, en félicitant tous ceux qui ont «passé des années, voire des décennies, à travailler et prier pour que le changement intervienne».

«Nous ne pourrions pas être plus fiers», a renchéri le vice-président Joe Biden, qui plaidait pour le mariage pour tous.

Deux ans jour pour jour après avoir décrété que le mariage n'était pas réservé aux couples hétérosexuels, la haute Cour a jugé que les 14 États américains (sur 50) qui refusent aujourd'hui d'unir deux personnes de même sexe devaient non seulement les marier, mais en plus reconnaître leur mariage lorsqu'il a été célébré ailleurs.

Au nom de l'égalité de tous devant la loi, «le 14e Amendement requiert d'un État qu'il célèbre un mariage entre deux personnes de même sexe», a écrit le juge Anthony Kennedy, s'exprimant au nom de la majorité de la Cour suprême.

«Le droit au mariage est fondamental», a jugé la haute Cour, qui était saisie par seize homosexuels de quatre États interdisant leur mariage. «Les décisions sur le mariage font partie des plus intimes qu'un individu puisse prendre. Et c'est vrai de toutes les personnes, quelle que soit leur orientation sexuelle», a ajouté le juge Kennedy.

Le jour anniversaire de ses deux précédentes décisions en pour les homosexuels (les 26 juin 2003 et 2013), la haute Cour a en outre réaffirmé que les couples homosexuels avaient les mêmes droits que les couples hétérosexuels de «satisfaire une association intime», et estimé que les États qui interdisent le mariage homosexuel «font du tort et humilient les enfants des couples de même sexe».

«Nous jubilons, pas seulement pour notre famille, mais pour les centaines de milliers de familles dans ce pays», s'est exclamée l'une des plaignantes, April DeBoer.

Attendu pour être l'arbitre suprême dans cette décision, un juge conservateur connu comme un fervent défenseur des droits des homosexuels a ajouté son vote à celui des quatre juges progressistes pour permettre aux homosexuels de se marier aux quatre coins des États-Unis.

«La Cour a considéré la Constitution comme une chose vivante et noté que la société américaine était parvenue à une profonde reconnaissance de l'identité et de la dignité des homosexuels, lesbiennes et bisexuels», a commenté à l'AFP le professeur David Cruz.

«Putsch judiciaire»

Le président de la haute Cour, John Roberts, s'y est opposé, ainsi que les trois autres juges conservateurs. Ils estiment que «cette Cour n'est pas une législature». «Que le mariage homosexuel soit une bonne idée ne devrait pas nous concerner», mais est du ressort de la loi, a écrit le juge Roberts.

Connu pour ses formules imagées, le juge ultraconservateur Antonin Scalia a parlé de son côté de «putsch judiciaire» qui «vole au peuple la liberté de se gouverner lui-même».

«Aucune Cour ne peut renverser la loi de la nature», a abondé l'organisation Family Research Council, qui voit là «un abus de pouvoir».

La conférence des évêques catholiques américains a fustigé «l'erreur tragique» de la Cour qui «heurte le bon sens et les plus vulnérables d'entre nous, surtout les enfants», et promis de continuer à suivre l'enseignement divin qui fait du mariage «l'union d'un homme et d'une femme».

«Aucun tribunal, aucune loi, aucune règle ni aucune parole ne changeront la vérité simple que le mariage est l'union entre un homme et une femme», a protesté le ministre de la Justice du Texas, Ken Paxton, suggérant qu'il ferait de la résistance pour appliquer la décision.

Mais la ministre de la Justice Loretta Lynch a souligné qu'elle ne se faisait guère d'illusion: «les difficultés légales sont encore devant nous (...) et cette marche doit se poursuivre, cette cause perdurera jusqu'à ce que tous les Américains, quelle que soit leur orientation sexuelle, obtiennent l'égalité des droits qu'ils méritent».

«L'Histoire a été écrite!» Dans une décision... (IMAGE MAISON-BLANCHE/TWITTER) - image 3.0

Agrandir

IMAGE MAISON-BLANCHE/TWITTER

«Putsch judiciaire»

Le président de la haute Cour, John Roberts, s'y est opposé, ainsi que les trois autres juges conservateurs. Ils estiment que «cette Cour n'est pas une législature». «Que le mariage homosexuel soit une bonne idée ne devrait pas nous concerner» mais est du ressort de la loi, a écrit le juge Roberts.

Connu pour ses formules imagées, le juge ultra-conservateur Antonin Scalia a parlé de son côté de «putsch judiciaire» qui «vole au peuple la liberté de se gouverner lui-même».

«Aucune Cour ne peut renverser la loi de la nature», a abondé l'organisation Family Research Council (FRC), qui voit là «un abus de pouvoir» et prévoit de «gros dégâts pour l'héritage» que laissera cette décision.

«Cinq juges suprêmes renversent le vote de 50 millions d'Américains et exigent que l'Amérique s'écarte de millénaires d'histoire et de la réalité de la nature humaine», ajoute Tony Perkins, président de l'organisation.

Le parti républicain a pour sa part fustigé une infraction au sacro-saint fédéralisme, la Cour suprême refusant de reconnaître le rôle constitutionnel des États fédérés s'agissant des lois du mariage.

Sur les marches de la Cour suprême, quelques mécontents dénoncent le jugement. «Si vous voulez changer la loi en fonction de la Constitution, vous devez avoir l'accord du peuple et non pas d'un groupe de gens», a déclaré Chauncey Killens, venu de Californie pour dire «non» au mariage gai. «Nous avons franchi une frontière aujourd'hui, nous avons commis un péché légal», a renchéri Christine Weick, venue du Michigan, un des quatre directement concernés par la décision.

LE MARIAGE GAI EN QUELQUES DATES

Quarante ans se sont écoulés depuis la première demande, rejetée, d'une licence de mariage dans le Minnesota par un couple homosexuel, jusqu'à la décision vendredi de la Cour Suprême des États-Unis de légaliser le mariage gai dans tout le pays.

Voici les plus importantes dates de cette chronologie :

1971 : Pour la première fois, la Cour suprême se saisit du cas d'un mariage entre deux personnes du même sexe, qui sera rejeté, dans le cas d'un couple homosexuel du Minnesota s'étant vu refuser une licence de mariage.

1973 : Le Maryland devient le premier État à interdire le mariage gai en incorporant dans son Code de la famille la mention que seul le «mariage entre un homme et une femme est valable».

1987 : Quelque 2000 couples homosexuels se «marient» sur le Mall, principale artère au coeur de la capitale fédérale Washington.

1993 : La Cour suprême d'Hawaï, État américain dans le Pacifique, juge anticonstitutionnelle la loi de l'État qui stipule que le mariage est réservé aux seuls couples de sexe opposé, à moins de preuves «convaincantes».

1996 : Le Congrès américain adopte la «loi de défense du mariage» (DOMA) qui interdit la reconnaissance par l'État fédéral des mariages célébrés entre personnes de même sexe.

2004 : Le Massachusetts est le premier État des États-Unis où le mariage homosexuel devient légal.

2009 : Le Vermont, quatrième État à légaliser le mariage gai, est le premier à le légaliser par vote de ses élus.

2012 : Le Maine, le Maryland et l'État de Washington deviennent les premiers États à légaliser le mariage gai par vote populaire.

2013 : La Cour suprême abroge la loi fédérale DOMA de 1996 et légalise le mariage en Californie, une décision qui déclenchera une cascade d'arrêts dans de nombreux États légalisant le mariage gai.

2015 : La Floride et l'Alabama deviennent les 36e et 37e États à légaliser le mariage homosexuel, décision suspendue en Alabama.

26 Juin 2015 : La Cour suprême légalise le mariage homosexuel partout aux États unis, jugeant que la Constitution requiert d'un État qu'il célèbre et reconnaisse le mariage entre deux personnes de même sexe.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • New York vire arc-en-ciel

    États-Unis

    New York vire arc-en-ciel

    Dans une marée de drapeaux arc-en-ciel, le défilé de la fierté gaie de New York a fêté joyeusement dimanche la décision historique de la Cour suprême... »

  • Une année historique pour la fierté gaie

    États-Unis

    Une année historique pour la fierté gaie

    Arcs-en-ciel et cris de joie emplissaient dimanche les rues des grandes villes des États-Unis, où des centaines de milliers de personnes célébraient... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer