Deux gardiens plaident non coupable après la mort d'un détenu à New York

Rikers Island, située sur une île du Bronx,... (Photo LUCAS JACKSON, Reuters)

Agrandir

Rikers Island, située sur une île du Bronx, l'une des plus grandes prisons des États-Unis, est régulièrement dénoncée pour le mauvais traitement de ses prisonniers.

Photo LUCAS JACKSON, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
NEW YORK

Deux gardiens de la prison de Rikers Island à New York, connue pour être particulièrement dure, ont plaidé non coupables jeudi, après la mort d'un détenu roué de coups en 2012.

Ronald Spear, 52 ans, sous dialyse et hospitalisé à l'infirmerie de la prison, avait été frappé à coups de pied à la tête à de multiples reprises dans la nuit du 18 au 19 décembre 2012 par le gardien Brian Coll, alors qu'il était maintenu visage au sol par d'autres surveillants, dont Byron Taylor, qui a comparu avec M. Coll devant un juge fédéral à Manhattan.

Ronald Spear «ne posait aucun danger pour Brian Coll ou aucun autre gardien», souligne l'acte d'accusation.

Ronald Spear, qui souffrait d'une maladie rénale et marchait avec une canne, était à l'époque en détention provisoire, en attente de procès.

Il avait été frappé après un échange tendu avec Brian Coll, 45 ans, parce qu'il avait demandé à voir un médecin.

Le gardien, qui ne travaille plus à Rikers Island, avait même continué à le frapper, quand un autre surveillant avait essayé de protéger la tête du détenu.

Brian Coll s'était ensuite baissé, avait pris la tête de Ronald Spear et s'était approché à quelques centimètres. «Voilà ce que tu as pour m'emmerder», lui avait-il dit. «Souviens-toi que c'est moi qui t'ai fait ça», avait-il ajouté, en laissant retomber violemment la tête du détenu qui avait heurté le sol. Ronald Spear était mort peu après, en dépit d'efforts pour le réanimer, selon l'acte d'accusation.

Les gardiens s'étaient ensuite mis d'accord pour affirmer que la victime avait attaqué M. Coll avec sa canne et que la mort était accidentelle.

Byron Taylor, 31 ans, qui travaillait depuis 8 mois à Rikers Island, avait demandé à ne pas figurer dans le rapport d'incident.

Les deux hommes ont été inculpés de privation des droits, complot d'entrave à la justice, complot de falsification de documents. M. Coll a également été inculpé d'entrave à la justice et de falsification de documents. M. Taylor a, lui, aussi été inculpé de mensonge devant un grand jury. Ils risquent 20 ans de prison.

Un troisième homme, également gardien à l'époque, Anthony Torres, a récemment plaidé coupable, selon les autorités.

La ville de New York avait payé l'an dernier 2,75 millions de dollars pour régler à l'amiable une procédure engagée après la mort de Ronlad Spear.

Rikers Island, l'une des plus grandes prisons des États-Unis située sur une île du Bronx, est régulièrement dénoncée pour le mauvais traitement de ses prisonniers.

Lundi, la ville de New York s'est engagée à des réformes en profondeur afin d'y réduire la violence, pour mettre fin à une autre plainte.

Parmi ces réformes figurent une nouvelle politique concernant l'usage de la force par les gardiens, précisant clairement quand et comment elle peut être utilisée, et l'interdiction de la mise à l'isolement pour les moins de 18 ans.

Au moins 7800 caméras de surveillance devront aussi être installées dans la prison d'ici à février 2018, et le recrutement du personnel sera amélioré, ainsi que sa formation en interne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer