Plus de 1000 policiers traquent les évadés de l'État de New York

Les recherches impliquent des policiers locaux et fédéraux,... (Photo Mike Groll, AP)

Agrandir

Les recherches impliquent des policiers locaux et fédéraux, des gardes-chasse, des personnels pénitentiaires et des chiens, des hélicoptères. «Tous les moyens disponibles sont déployés 24 heures sur 24», a précisé mardi la police de l'État de New York.

Photo Mike Groll, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Plus de 1000 membres des forces de l'ordre continuaient à chercher mardi deux meurtriers américains échappés le 6 juin d'une prison de l'État de New York, dont des traces d'ADN ont été trouvées dans une cabane de chasse à quelque 60 km de la prison.

Les recherches se concentrent dans le secteur boisé du hameau d'Owls Head, à l'ouest de la prison, où les fugitifs auraient séjourné dans une cabane de chasseur, a précisé la police de l'État de New York.

Elles impliquent des policiers locaux et fédéraux, des gardes-chasse, des personnels pénitentiaires et des chiens, des hélicoptères. «Tous les moyens disponibles sont déployés 24 heures sur 24», a précisé mardi la police de l'État de New York dans un communiqué.

Lundi, le responsable de cette police Charles Guess, avait parlé de «piste confirmée» dans le secteur, expliquant que des éléments avaient été récupérés et testés, notamment pour leur ADN. Un homme avait aussi été vu s'enfuir de la cabane samedi.

Au total, plus de 2000 pistes ont été étudiées par les enquêteurs depuis l'évasion spectaculaire des deux hommes dans la nuit du 5 au 6 juin de la prison de Dannemora, petite ville à 35 km de la frontière canadienne.

Richard Matt, 48 ans, et David Sweat, 35 ans, tous les deux condamnés pour meurtre, se sont évadés de la prison Clinton de Dannemora après avoir découpé à la scie les murs de leur cellule, et emprunté un dédale de tunnels de canalisations, jusqu'à une bouche d'égout en dehors de la prison.

Ils ont été aidés par une femme de 51 ans, Joyce Mitchell, qui travaillait dans l'atelier de confection de la prison, arrêtée depuis.

Ils lui avaient demandé de les rejoindre avec une voiture, et avaient proposé de tuer son mari. Ils lui avaient même donné des cachets pour l'assommer, a déclaré le mari Lyle Mitchell mardi sur NBC, également employé de la prison.

Il a ajouté que sa femme lui avait juré sur la tête de son fils qu'elle n'avait jamais eu de relations sexuelles avec les deux prisonniers. Elle lui aurait confié qu'elle ne savait plus comment faire, une fois impliquée dans le complot, et qu'elle avait eu peur.

Les deux meurtriers figurent désormais sur la liste des quinze fugitifs les plus recherchés par la police américaine. Une récompense de 100 000 dollars est offerte pour toute information permettant leur arrestation.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer