État de New York: autoroute et écoles fermées pour retrouver les deux fugitifs

Des membres de forces de l'ordre contrôlent des... (PHOTO CHRIS WATTIE, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Des membres de forces de l'ordre contrôlent des véhicules, près de Dannemora, le 10 juin.

PHOTO CHRIS WATTIE, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Des écoles et une autoroute dans le nord de l'État de New York ont été fermées jeudi dans l'espoir de retrouver deux meurtriers qui se sont évadés samedi d'une prison à sécurité maximale du même État.

David Sweat (à gauche) et Richard Matt.  ... (PHOTO ARCHIVES AP) - image 1.0

Agrandir

David Sweat (à gauche) et Richard Matt.     

PHOTO ARCHIVES AP

Plusieurs médias américains dont le New York Post et CNN rapportent que les chiens policiers traquant les deux fugitifs auraient détecté leur odeur dans un secteur situé à environ huit kilomètres du centre correctionnel Clinton, où ils étaient emprisonnés. 

Selon la police de l'État de New York, une partie de l'autoroute 374 à l'est de Dannemora, où se trouve la prison, devait rester fermée jeudi matin.

Toutes les écoles du district de Saranac, y compris le village de Dannemora, ont aussi été fermées pour «aider les forces de l'ordre dans leurs recherches, et en raison aussi de la fermeture d'un certain nombre de routes». Les établissements scolaires devraient rouvrir vendredi.

La veille, les policiers avaient passé au crible des maisons situées à proximité du centre pénitencier, situé tout au nord de l'État, dans une zone rurale proche de la frontière avec le Canada. Les espaces boisés des alentours avaient également été inspectés.

Les deux évadés, décrits comme «dangereux et prêts à tout», se sont enfuis dans des circonstances étonnantes dignes des meilleures séries policières.

David Sweat, 35 ans, purgeait une peine à perpétuité pour le meurtre d'un shérif adjoint dans l'État de New York en 2002. Il n'avait alors que 22 ans.

Richard Matt, 49 ans, purgeait lui une peine de 25 ans pour avoir enlevé son ancien patron de 76 ans, qu'il a battu à mort et démembré en 1997.

Les autorités avaient rapporté mercredi que les deux voisins de cellule auraient été entendus en train de dire qu'ils se rendraient dans l'État voisin du Vermont, dans le nord-est, avant leur évasion.

Le gouverneur du Vermont Peter Shumlin avait précisé «ne pas avoir d'indication» sur leur présence dans son État, mais avoir «pris toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des habitants».

«Ce sont des tueurs, des meurtriers», avait rappelé mercredi le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo.

La police de l'État de New York a offert 100 000 $ de récompense à quiconque la conduira vers l'arrestation des fugitifs.

Plus de 450 policiers, officiers pénitentiaires, gardes forestiers, et autres policiers fédéraux (FBI) ont été mobilisés pour cette chasse à l'homme.

Prisonniers, gardiens et employés de sous-traitants de la prison ont été interrogés, dont une femme qui serait devenue une amie des évadés.

Le scénario de leur fuite, après avoir percé les murs de leurs cellules et avoir ensuite coupé de grosses conduites en métal avec des appareils électriques avant de se frayer un passage dans un dédale de tunnels sous la prison, a fait naître de sérieuses suspicions sur des complicités à l'intérieur même de l'établissement.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer