Faux témoignage au FBI: Hastert plaide non coupable

Dennis Hastert est le président républicain de la... (Photo: AP)

Agrandir

Dennis Hastert est le président républicain de la Chambre qui est resté le plus longtemps en fonction, de 1999 à 2007.

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Chicago

Un ancien président de la Chambre des représentants américaine, inculpé pour avoir menti à la justice sur le versement de centaines de milliers de dollars pour cacher un épisode de son passé sexuel, a plaidé non coupable mardi devant un tribunal de Chicago.

Dennis Hastert, 73 ans, avait été inculpé fin mai par un grand jury fédéral pour avoir enfreint les régulations bancaires et menti sur des versements importants à un homme qu'il avait connu lorsqu'il était professeur de lycée et avec lequel il aurait eu un «comportement inapproprié», selon l'acte d'accusation.Il n'est pas poursuivi pour agressions sexuelles à l'encontre de cet ancien élève, ont précisé des représentants des forces de l'ordre aux médias locaux.

Il lui est reproché d'avoir enfreint la législation en tentant de dissimiler des retraits en liquide représentant 1,7 million de dollars, et d'avoir menti à la police fédérale FBI lorsqu'elle l'a interrogé sur ces transactions suspectes.

Lobbyiste à Washington pour un cabinet jusqu'à sa démission à la suite de ces révélations, M. Hastert a été professeur dans un lycée de l'Illinois (nord) de 1965 à 1981 avant d'être élu parlementaire et d'occuper pendant huit ans les fonctions de président républicain de la Chambre des représentants.

En 2010, après avoir discuté avec cet homme qu'il connaît depuis longtemps, il avait accepté de payer 3,5 millions de dollars «pour compenser et cacher le comportement inapproprié qu'il avait eu à son encontre», selon un document judiciaire obtenu par l'AFP fin mai.

Les versements avaient commencé peu de temps après, Dennis Hastert retirant 1,7 million de dollars en liquide de plusieurs comptes bancaires entre 2010 et 2014, dont quinze retraits de 50.000 dollars au mépris des obligations bancaires sur les transactions d'un tel montant.

Une enquête avait été ouverte en 2013 par le FBI et les services fiscaux, qui a conduit à son inculpation pour avoir «volontairement et en connaissance de cause fourni des explications frauduleuses et erronées» aux enquêteurs.

Selon l'acte d'inculpation, il avait prétendu qu'il avait fait tous ces retraits pour mettre son argent en sécurité car il n'était pas rassuré par le système bancaire.

Dennis Hastert est le président républicain de la Chambre qui est resté le plus longtemps en fonction, de 1999 à 2007. Il a été deuxième dans l'ordre de succession à la présidence américaine, derrière le vice-président.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer