Fusillade à Waco: des motards menacent les enquêteurs de la police

Les enquêteurs tentent toujours comprendre l'enchaînement des événements... (Photo Jerry Larson, AP/Waco Tribune-Herald)

Agrandir

Les enquêteurs tentent toujours comprendre l'enchaînement des événements qui ont mené à la fusillade.

Photo Jerry Larson, AP/Waco Tribune-Herald

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

La police de Waco a indiqué jeudi avoir reçu des menaces après la bagarre entre motards criminels qui a fait 9 morts dimanche et conduit à l'arrestation de quelque 170 motards dans cette ville du Texas (sud).

Les enquêteurs sont toujours en train d'essayer de comprendre l'enchaînement des événements, mais selon les premiers éléments une «guerre de territoires» a déclenché cette vaste bagarre à coup de chaînes de vélo, de couteaux, qui a escaladé jusqu'à une fusillade.

«Cette enquête complexe n'a commencé que depuis cinq jours. Nous avons affaire à une seule scène de crime où neuf personnes sont mortes», a indiqué le porte-parole de la police de Waco, Patrick Swanton, sur le compte Facebook de la police.

«C'est plus que le nombre total d'homicides sur lesquels nous avons travaillé sur toute l'année 2014. Nous voulons rappeler à nos concitoyens qu'ils sont en sécurité, il n'y a pas de menace directe à votre encontre», a-t-il ajouté.

Waco compte environ 130 000 habitants.

«Nous continuons à recevoir des menaces contre nos agents, mais c'est quelque chose à quoi nous sommes habitués dans notre travail. Mais nous voulons aussi rappeler à ceux qui sont impliqués: vous savez que nous n'avons rien fait pour démarrer cela», a-t-il repris.

M. Swanton a repoussé l'idée selon laquelle la police avait simplement arrêté tout le monde sur la scène de la fusillade et a nié «toute idée de conspiration».

Ce rassemblement de plusieurs gangs de motards rivaux était prévu et ils avaient «loué ou demandé spécifiquement l'endroit en plein air devant le restaurant Twin Peaks» pour cela, avait précisé M. Swanton en début de semaine.

Les groupes présents étaient invités, mais «nous savons qu'un autre gang de motards criminels, qui n'était pas invité, est arrivé», ce qui a déclenché la bagarre, avait-il poursuivi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer